Rodez

Rodez : le foyer d’hébergement d’urgence se modernise

  • Christian Teyssèdre et Geneviève Campredon,  vice-présidente du CIAS.800 000 € sont investis dans l’opération.J.A.T.
    Christian Teyssèdre et Geneviève Campredon, vice-présidente du CIAS.800 000 € sont investis dans l’opération.J.A.T.
S'abonner Mis à jour le -- partages

Les dortoirs sont transformés en chambres individuelles, dans un contexte d’humanisation de la prise en charge d’un public en difficulté.

Le foyer d’hébergement d’urgence, situé Côte des Besses, connaît en ce moment des travaux dits " d’humanisation ". Ce lieu d’accueil pour les accidentés de la vie ou des gens qui ont besoin de rebondir, après une perte d’emploi par exemple, dispose de 26 places.

Cette capacité d’accueil était répartie en dortoirs. " Ce n’est pas suffisant pour l’intimité des personnes ", convient Sébastien Vervialle, le directeur du foyer.

Une position partagée par Christian Teyssèdre, le président de Rodez agglomération. " Nous nous sommes engagés à mener à bien ce projet, c’est pourquoi, nous avons mis un budget de 800 000 € pour une humanisation du foyer. Cette amélioration profitera aussi au personnel pour les pièces telles que les vestiaires, l’espace de détente et les salles de réunion. Nous sommes contents de rénover ce foyer bien situé, un peu à l’écart mais pas loin du centre-ville, non plus ", ajoute l’élu. Les travaux qui se déroulent actuellement se font sous forme d’opérations tiroirs afin de continuer à accueillir le public.

"Un beau projet"

Le projet comporte également la construction d’une extension sur trois niveaux (avec une salle de télévision, plusieurs chambres...), ainsi que le réaménagement d’une partie du bâtiment actuel et l’aménagement de places de stationnement supplémentaires.

Le foyer d’hébergement prend en charge les hommes (il n’est pas mixte) d’une façon globalisée. " Nous offrons la possibilité aux bénéficiaires de les accueillir quelques jours, en urgence, ou plus longtemps pour un projet de réinsertion. Nous pouvons amener les personnes qui n’ont pas de voiture pour un entretien d’embauche, comme nous pouvons passer un contrat pour l’accès à la santé, à un logement autonome. Nous avons aussi la possibilité d’offrir des vêtements, de faire garde-meubles ", ajoute le directeur.

Le foyer d’hébergement d’urgence est affilié au 115. Il offre quelques places à ce titre-là. L’institution possède d’autres places en ville pour loger les familles ou les femmes seules en difficulté temporaire. " C’est un beau projet qui humanise les publics et aide le personnel de Rodez Agglo à mieux travailler car c’est un métier difficile ", conclut Geneviève Campredon, vice-présidente du CIAS (centre intercommunal de l’action sociale).

Réagir