Gérard Marty pose ses bâches illustrées à La Strada

  • Gérard Marty, ici à droite, lors du vernissage.
    Gérard Marty, ici à droite, lors du vernissage.
  • Gérard Marty ici à droite lors du vernissage.
    Gérard Marty ici à droite lors du vernissage.
Publié le

L’association Les porteurs de toile a convié le peintre et graphiste aveyronnais à exposer ses grands formats.

Gérard Marty est un artiste connu et reconnu en Aveyron. À la fois peintre, illustrateur et graphiste, il intervient en milieu scolaire, psychiatrique et carcéral. Il est à l’origine d’une exposition d’illustrations sur bâches à La Strada, visible jusqu’à fin août.

Il vit et travaille à Rignac depuis 1984. Il passe du noir et blanc à la couleur, du petit au grand format… Depuis quelques années, il est derrière plusieurs événements culturels à Rignac et dans le pays rignacois. Il a publié de nombreux ouvrages aux éditions spécialisées en bande dessinée comme celles des Requins marteaux, de L’Association ou encore d’Ouï-dire productions. Il a travaillé pour divers journaux et magazines de la presse nationale tels que " Libération ", " Le Monde ", " Le Figaro-Madame ", " Psychologies ".

L’artiste rignacois a notamment publié aux éditions Verticales un roman graphique intitulé " Encore mort, déjà vivant ", écrit par l’auteur et journaliste Arnaud Viviant.

Une exposition organisée par les Porteurs de toiles

Gérard Marty a fait étape, ce jeudi, à Decazeville, où il expose à La Strada. Les visiteurs auront la surprise de tomber sur des bâches géantes qui ornent la salle d’exposition du cinéma. C’est une partie d’une expo que l’artiste avait tenue à Rodez en rapport avec le musée Soulages, en 2014. Tout était parti d’une bande dessinée en noir et blanc, non éditée, une histoire qui se passe dans le chef-lieu aveyronnais avec des sites connus comme le square Victor-Hugo. Gérard est donc passé du petit au grand format avec bonheur et talent.

Proposée par l’association Les Porteurs de toiles, l’exposition de Gérard Marty s’intitule " Après toi le vide ". Isabelle Boffeli, critique d’art, définit ainsi ce travail hors normes : " Au rythme d’une trame narrative fine et subtile que l’on suit du bout des yeux au fil des quelques mots et indices visuels. C’est l’expression d’une sphère intime qui s’affiche en toute pudeur sur le quotidien banal des murs, c’est elle et c’est lui. Le trait brut dans tout l’espace. L’expression d’un pugilat doux-amer, la violence des amours… Une balade dessinée… ".

Gérard Marty ne veut pas montrer mais aime plutôt suggérer, renvoyer le spectateur à travers ses images à son propre imaginaire. À voir jusqu’à fin août, aux heures d’ouverture du cinéma dont les murs se prêtent à merveille pour les grandes bâches peintes.

Didier Latapie
Voir les commentaires
L'immobilier à Decazeville

19000 €

Decazeville, proche du centre, venez découvrir ce terrain sur les hauteurs [...]

188000 €

A VENDRE-immeuble de rapport comprenant bel appartement de 96 m2 situé en r[...]

56500 €

Appartement de type T3 en très bon état, situé au rez de jardin d'une petit[...]

Toutes les annonces immobilières de Decazeville
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?