Bosch

Le commissaire interministériel accueilli ce mardi matin par les représentants de la CGT

  • Le commissaire interministériel devant l'usine Bosch ce mardi matin.
    Le commissaire interministériel devant l'usine Bosch ce mardi matin.
S'abonner Mis à jour le -- partages
Un rapide échange s'est déroulé entre le représentant du gouvernement et les syndicalistes, ce mardi matin, devant l'usine d'Onet-le-Château.

Comme prévu, le commissaire interministériel à la réindustrialisation Jean-Pierre Floris est arrivé en milieu de matinée sur le site de l’usine Bosch, en compagnie de la préfète de l’Aveyron, Catherine de La Robertie, où il a été accueilli par des représentants de la CGT, syndicat non-signataire de l’accord de transition, et qui a décidé d’organiser, symboliquement, un barbecue de transition devant l’usine.

Lors d’un rapide échange devant les journalistes, les délégués CGT lui ont rappelé qu’il s’agit d’un accord « sans réelles contreparties de Bosch. »

« Tout reste hypothétique et on ne peut pas engager les droits des salariés face à des hypothèses, n’a pas manqué de souligner, Yannick Anglarès. En 2007 et 2013, la CGT a su signer des accords de compétitivité, car il y avait des engagements sur l’emploi et l’outil de travail. »

Et le secrétaire départemental de la CGT,David Gistau, de faire part de sa vision différente de celle du gouvernement, qui « n’a pas de ministère de l’Industrie, juste un commissaire aux restructurations d’entreprises. »

 

Réagir