Conques

La voie des airs promise à trois cloches de l’abbatiale de Conques

  • L’extraction des cloches par hélicoptère va s’avérer périlleuse dans un tel environnement.
    L’extraction des cloches par hélicoptère va s’avérer périlleuse dans un tel environnement.
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

Un hélicoptère viendra le 18 juillet les enlever pour les conduire à une restauration dans les règles de l’art. La commune casse la tirelire et collecte des fonds.

Rare, délicate et exceptionnelle, telle est l’opération qui sera entreprise au petit matin du 18 juillet à Conques. Trois des quatre cloches de l’abbatiale Sainte-Foy seront extraites par hélitreuillage pour être évacuées vers un atelier de restauration. Une manœuvre périlleuse, en regard de la géographie des lieux...

L’expertise de Bodet

Ces trois vénérables instruments seront ainsi successivement retirés du clocher à l’aide d’un hélicoptère - auquel elles seront arrimées par des câbles - qui s’en approchera au plus près avant de les déposer non loin de là sur un camion qui les conduira jusque dans le Maine-et-Loire. Cette opération " aérienne " a été confiée à la société aveyronnaise Héli 12.

Les trois cloches concernées sont les plus petites de l’abbatiale et pèsent 79 kg, 333 kg et 425 kg. La plus imposante des quatre ne sera pas du voyage : elle pèse quant à elle plus de 960 kg pour 1,18 m de diamètre et restera à l’abbatiale où son moteur et son battant seront remplacés sur place.

Confiés au groupe Bodet, leader de l’activité campanaire en France, ces travaux de restauration consisteront pour chaque cloche au remplacement du battant, au colmatage des fêlures et, pour la plus petite d’entre elles, une électrification en volée et en tintement.

Souscription pour 26 000 €

Ces restaurations s’avèrent d’autant plus nécessaires qu’il s’agit de redonner de la voix et une nouvelle jeunesse à ces cloches aujourd’hui muettes. Et constituent une priorité pour la municipalité de Conques-en Rouergue, qui souhaite remettre en valeur le paysage sonore de ce haut-lieu du tourisme aveyronnais.

" Il était temps en effet. Depuis la création de notre commune nouvelle, nos moyens sont un peu plus importants, nous allons donc en profiter pour faire ces travaux ", confie Philippe Varsi, maire délégué de Conques.

Une souscription est ainsi lancée pour réunir les fonds nécessaires aux côtés de l’aide de l’état (dotation d’équipement des territoires ruraux), de la Région et du Département. Au total, l’opération (déplacement et restauration) se monte à 26 000 € hors taxes, dont 9 400 € HT pour la commune de Conques-en-Rouergue, dont les élus devaient avaliser hier soir le plan de financemen.

Et si le résultat de la souscription s’avère plus généreux que prévu, les fonds rejoindront les gros travaux prévus pour la restauration de l’abbatiale qui vont courir sur les dix prochaines années.

Cette opération de restauration, on l’aura compris, relève d’une expertise particulière. Les travaux sont prévus pour durer jusqu’au début du mois de novembre.

Les trois cloches déposées seront ensuite remontées dans leur clocher par hélicoptère et réinstallées afin de retrouver leurs fonctions.

c.c.

Réagir