Coupe du monde de football

Coupe du monde : deux Aveyronnais aux premières loges derrière les Bleus

  • Clément, le moustachu, et Anthony, le barbu, n'ont pas hésité à poser des congés.
    Clément, le moustachu, et Anthony, le barbu, n'ont pas hésité à poser des congés. - Repro CP
S'abonner Mis à jour le -- partages
Clément et Anthony, deux amis de Rodez, se sont envolés pour Moscou le 29 juin dernier. Depuis, ils assistent à tous les matches des Bleus. Et seront bien dans le stade, dimanche, pour la finale.

C’était un rêve de gosse, et ils ont mis toutes les chances de leur côté pour le réaliser. Clément et Anthony, tous deux âgés de 25 ans, se sont envolés le 29 juin dernier direction Moscou. Avec, en poche, leurs "billets conditionnels" depuis les huitièmes de finale.

Comprenez que, tant que la France était qualifiée, les deux amis étaient assurés d’avoir leurs entrées au stade. Ils ont ainsi vécu les rencontres face à l’Argentine (4-3), à l’Uruguay (2-0) et à la Belgique (1-0). Dimanche, ils seront au stade, à Moscou, pour la grande finale.

"Le stress complet"

"Au niveau logistique, nous avons tout organisé il y a trois mois comme si l’équipe de France était première de son groupe, et allait jusqu’au bout de la compétition, raconte Clément, encore groggy de la victoire face à la Belgique, fêtée jusqu’à 10h du matin mercredi. Pendant les matches de poules, c’était le stress complet ! Si les Bleus finissaient 2e, il aurait fallu tout réorganiser à la veille de notre départ. Tous nos proches nous disaient “vous êtes malades, c’est risqué”." Les deux Ruthénois ont eu raison d’y croire. "Aucun regret", confirme Clément.

Dans tous les JT

Lui, le moustachu, est kinésithérapeute. Il a posé trois semaines de congés pour rallier la Russie. Anthony, le barbu, est professeur d’EPS, et profite ainsi de ses deux mois d’été. D’avions en trains, d’auberges de jeunesse en appartements, de stade en stade, ils valdinguent depuis près de quinze jours dans l’immense territoire russe.

Sur Facebook, les deux comparses ont créé un groupe privé sur lequel ils partagent au jour le jour, leurs aventures à coups de vidéos, de photos et de “conférences de presse” d’après-match. Jamais avare de bonnes blagues, le duo s’est fait une spécialité de s’inviter sur les plateaux, les reportages et les directs des médias français.

Les téléspectateurs ont pu, grâce au JT de Jean-Pierre Pernaut, les cueillir au réveil pour embarquer avec eux dans les rues de Moscou. Les amateurs des chaînes en continu et de BeIN ont, quant à eux, pu profiter de l’analyse à chaud de Clément avant France-Argentine. Sans compter les apparitions multiples des deux amis lors de la diffusion des matches en direct sur TF1.

Après France-Belgique, "la fête était folle"

"C’est une atmosphère de fête autour du football qui est incroyable, confie encore Clément. Hier (au lendemain de la victoire face à la Belgique, NDLR), la fête était folle. Nous sommes supportés par les Sud-Américains, qui sont encore très nombreux en Russie. On se marre bien avec les Brésiliens notamment! Les Mexicains et les Péruviens aussi… Et les Argentins un petit peu moins, depuis qu’on les a éliminés!"

Côté supporters des Bleus, les Ruthénois ont hérité de la casquette de boute-en-train. "Dans chaque ville, la Fédération française de football loue des salles ou des restaurants magnifiques, près des stades, pour tous les supporters français, raconte Clément. C’est la “Casa bleue”, on s’y retrouve les jours de match, avant et après: c’est dingue."

La paire tricolore l’avoue : à l’issue du match contre la Belgique, aucun d’eux n’a pu retenir ses larmes. Ils retiendront «la chaude ambiance» entre les supporters français, que l’on dit si peu nombreux en Russie depuis le début du Mondial. Maintenant ils ont rendez-vous avec l’Histoire. Dimanche, à Moscou, "il faut gagner".

À lire aussi
Réagir