Les cafetiers ruthénois sont ivres de joie

  • La Coupe du monde profite aussi aux cafetiers.
    La Coupe du monde profite aussi aux cafetiers. Centre Presse / Centre Presse
Publié le / Mis à jour le S'abonner

C’est un grand jour aussi pour les cafetiers du piton qui refont le plein de houblon et d’écrans télés.

« Radio bière foot », caricaturaient les Robins des bois. Si l’image a pris le pas sur le son, la bière n’a jamais autant coulé à flots dans les cafés ruthénois.

Surtout ceux qui disposent d’un terrain de jeu idoine pour attirer la clientèle et capter la ferveur de la coupe du monde de foot. C’est ainsi le cas du Central aux abords de la mairie qui a écoulé 36 fûts de bière lors de la demi-finale face à la Belgique mardi soir.

« Nous disposons d’un emplacement unique avec une grande terrasse sécurisée qui a permis de mettre en place deux grands écrans. Ce fut une ambiance unique pour nous avec des fumigènes et quand les gens ont chanté la Marseillaise », résume en chœur Damien et Clément, trop jeunes pour avoir vécu l’épopée 98, tout en montrant les vidéos de la soirée sur leur smartphone comme preuve du succès de cette soirée inégalée pour leur affaire.

Une belle affaire qui en annonce une autre ce dimanche puisque les deux acolytes et responsables (avec Lucas en cuisine) annoncent deux bars au lieu d’un seul en extérieur, un DJ dès 14 h 30 et pas moins de 80 fûts de bière commandés pour l’événement. Avec déjà un millier de clients mardi soir, aucune réservation n’est possible. Les places seront chaudes !

« Une petite fête de la musique »

Au Coq de la place, la responsable Samantha Villet compare l’événement footballistique à « une petite fête de la musique ». Un match de coupe du monde est plus concentré dans la durée qu’une fête de la musique et plus recentré sur la bière mais plus intense avec pas moins de 26 fûts de bière descendus en demi-finale « comparés à deux ou trois lors d’une journée normale ».

Et là aussi les grands moyens sont mis pour la finale. En terme d’effectifs déjà, en passant de six à dix salariés et en disposant d’une circulation interdite permettant de grignoter le bitume. « Nous l’avons appris que tardivement pour la demi-finale. Cette fois-ci ce n’est pas le cas et nous avons déjà prévu d’installer un deuxième écran extérieur et de réduire encore plus la carte pour répondre à l’événement ».

Planches de charcuterie, fromages, burgers montent sur le podium de la gastronomie, source de partage et donc de convivialité. Le café tient au passage à tirer un coup de chapeau aux employés municipaux pour leur efficacité qui a permis à la place D’armes et aux abords de vite retrouver sa splendeur auprès des badauds.

Au café du Bourg, « l’ambiance est plus calme », admet Benjamin, mais cela n’empêche pas de prévoir une télé sur la place. 

Bref, le mondial est une belle affaire pour les cafés et une aubaine quand la France va au bout. 

Yannick, propriétaire de La Compagnie met un bémol et confie même une crainte qui témoigne des retombées significatives pour le commerce local : « C’est dommage qu’il n’y ait eu qu’un seul match diffusé à 20 h et j’espère que les Ruthénois ne seront pas tous au lac ou en vacances pour rester sur Rodez ce dimanche ». Et surtout que la France gagne pour ajouter un peu plus de houblon sur la tête de nos champions.

Olivier Courtil
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir