Le changement dans la continuité pour le Raf féminin

  • Les Ruthénoises ont repris le chemin de l’entraînement hier soir, au domaine de Vabre.
    Les Ruthénoises ont repris le chemin de l’entraînement hier soir, au domaine de Vabre. Jean-Louis Bories - Centre Presse
Publié le

Les joueuses du Raf ont repris l’entraînement hier soir, avec à leur tête un « nouvel » entraîneur : Sabrina Viguier, promue il y a un mois, elle qui était adjointe de Grégory Mleko la saison dernière.

Comme l’an dernier, la section féminine du Raf a vécu une intersaison animée, bien que soumise à moins de turbulences que la précédente. Outre une bascule administrative depuis le giron de l’association vers celui de la SASP (société anonyme sportive professionnelle) du club (qui gère l’équipe masculine), elle a connu un nouveau changement d’entraîneur, réalisé avec beaucoup moins de tumultes que celui qui avait eu lieu à l’été 2017, lorsque Grégory Mleko avait été nommé en « urgence » pour pallier la défection de Nicolas Piresse, qui devait normalement succéder à Sébastien Joseph.

Cette fois, c’est davantage un passage de témoin qui a été opéré,Sabrina Viguier, revenue au club il y a un an en tant qu’adjointe de Mleko, ayant pris du galon et remplacé l’ancien tacticien d’Yzeure. Hier soir, c’est donc elle qui s’est chargée d’accueillir les joueuses au domaine de Vabre pour une reprise de l’entraînement qu’elle a abordée avec « beaucoup de détermination et d’envie », consciente, par ailleurs, que « le regard des gens » sur elle avait changé ou allait changer, eu égard à son nouveau statut.

« Je suis très heureuse de retrouver ce groupe. J’ai vécu avec lui toute l’année dernière, ce qui fait que je le connais bien, confie-t-elle. J’ai envie que l’on fasse de belles choses ensemble. On va repartir sur les mêmes bases de travail que la saison passée ; elles sont bonnes, et je vais demander aux joueuses beaucoup d’exigence et de rigueur. Il va falloir mettre les mêmes ingrédients que l’an dernier et faire un peu mieux car on a galéré jusqu’au bout pour assurer le maintien, même s’il ne faut pas oublier que le classement était très serré. »

« Un groupe travailleur »

Au cours des semaines et des mois à venir, l’ancienne internationale tricolore (93 sélections), qui a notamment porté les maillots de Montpellier (2006-2010) et de l’Olympique Lyonnais (2010-2014), va donc inscrire son travail dans la continuité, en ne procédant qu’à quelques « ajustements ».

« Je suis quelqu’un qui a les exigences du haut niveau, explique-t-elle. Même si les joueuses ne sont pas professionnelles, je leur demande de se comporter comme si elles l’étaient. L’un de mes objectifs va être d’effectuer quelques petites modifications pour éviter que les filles tombent dans la routine ; apporter de nouvelles choses, de la fraîcheur, mais en conservant un certain équilibre. »

Une ligne directrice qui sera surtout valable une fois la préparation estivale effectuée, cette période étant synonyme de fondamentaux à respecter, comme le travail physique foncier, qui ne constitue pas forcément la partie la plus stimulante de l’avant-saison.

« On va se préparer pendant cinq semaines et demie. On va fonctionner de façon progressive, pour affiner le travail au fur et à mesure que l’on se rapprochera du début du championnat. Il sera différent du précédent étant donné que cette année, on n’affrontera pas de grosses écuries pour commencer mais des équipes à notre portée », expose-t-elle, elle qui avait demandé aux joueuses de suivre certaines consignes lors de la trêve estivale.

« Elles ont eu un programme de préparation physique générale à respecter, à base d’endurance et de renforcement musculaire ; un programme classique établi pour qu’elles arrivent au moment de la reprise avec certaines bases et qu’il n’y ait pas trop de disparités au sein de l’effectif, détaille-t-elle. Je considère qu’elles s’y sont tenues mais globalement, je n’ai pas trop d’inquiétude car j’ai un groupe travailleur. »

Romain Gruffaz
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?