Des vaches d’Hérens pour protéger les brebis du loup

  • Cette race de caractère est réputée protectrice des troupeaux dans lesquels elle cohabite.                                        DR
    Cette race de caractère est réputée protectrice des troupeaux dans lesquels elle cohabite. DR
Publié le

Une exploitation agricole sud-aveyronnaise va faire pâturer deux vaches et un veau de race Hérens pour faire fuir le loup.

 

On connaissait les colliers anti-loup pour faire fuir le prédateur. À partir d’août prochain, une exploitation agricole sud-aveyronnaise va passer à la vitesse supérieure. Elle va entreprendre de faire pâturer deux vaches et un veau de race Hérens, animaux "de caractère" reconnus efficaces dans plusieurs régions d’Europe (Suisse, Italie, Isère, Savoie…) pour faire fuir le loup.

Le prédateur inquiète énormément les éleveurs de brebis en Aveyron, département où plus de cinquante attaques ont été recensées depuis le début de l’année 2018.

L’Aveyron, un territoire d’expérimentation

La solution d’expérimenter l’élevage de vaches d’Hérens en Aveyron est suggérée par l’entreprise de distribution de produits agricoles Socopa, installée à Saint-Affrique et déjà à l’origine de l’utilisation de colliers anti-loups. Des colliers testés depuis le printemps sur trois exploitations sud-aveyronnaises, qui semblent avoir fait leurs preuves puisqu’aucune attaque n’a été recensée sur les troupeaux concernés. Portés par les brebis, ces colliers venus d’Afrique du Sud émettent des ultrasons qui font fuir le prédateur dès lors que la brebis manifeste un état de stress.

Le gérant de Socopa, Jérôme Rouve, a adressé jeudi 12 juillet un courrier aux ministres Nicolas Hulot (Transition écologique) et Stéphane Travert (Agriculture) pour leur faire part de son souhait de faire de l’Aveyron un territoire d’expérimentation, afin de protéger les troupeaux du Larzac contre le loup.

"Face à la détresse des éleveurs, et parallèlement aux résultats encourageants des colliers anti-loup, nous pensons qu’il est intéressant de faire des tests avec ces vaches d’Hérens chez un éleveur du plateau du Larzac", affirme Jérôme Rouve, sans préciser l’identité de l’exploitation en question. "L’Aveyron peut devenir un territoire d’expérimentation", reprend le chef d’entreprise, qui demande aux ministères de l’accompagner dans cette démarche en organisant un suivi précis de ces essais "avec des caméras thermiques, par exemple", ainsi qu’un appui technique et financier.

Elles ont fait leurs preuves dans les Alpes

Réputées "combattantes" et "belliqueuses", les vaches de race Hérens ont notamment fait leurs preuves dans les Alpes.

"Un éleveur avec 1 500 brebis avait été contraint de constater le décès de 300 bêtes en sept ans, fait part Jérôme Rouve. Le jour où il a eu des vaches d’Hérens, il n’a plus eu d’attaques. Elles sont très aimantes et protectrices du troupeau dans lequel elles vivent, que cela soit des chevaux, des vaches, des brebis, et même avec les hommes. Si des chiens sauvages ou des loups attaquent le troupeau, elles défendent. Je crois à ce type de méthode pour aider les éleveurs et faire cohabiter le pastoralisme, essentiel dans notre territoire, avec le loup."

Victor Guillauteau (Midi Libre Millau)
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?