Culture

« Poètes », la nouvelle web-série produite dans le Sud-Aveyron

  • Tommy-Lee Baïk et Alexa Lasfargues étaient à Millau la semaine dernière, avec Fabien Camaly, le créateur d’AnderAndera.  J.B.
    Tommy-Lee Baïk et Alexa Lasfargues étaient à Millau la semaine dernière, avec Fabien Camaly, le créateur d’AnderAndera. J.B.
Publié le / Modifié le S'abonner

La société AnderAndera a rejoint l’aventure lancée par Tommy-Lee Baïk. Tournage de la nouvelle web-série prévu en octobre à Saint-Affrique.

La rentrée s’annonce intense et réjouissante pour l’équipe d’AnderAndera Production. La petite société saint-affricaine connue pour avoir mis en boîte les deux premières saisons de Mortus Corporatus, a annoncé la semaine dernière son intention de produire Poètes, une web-série réaliste sur la vie d’un groupe d’adulescents en pleine campagne.

30 000 € d’aide du CNC

Ce projet bénéficie de l’appui du Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) qui, dans le cadre de son fonds d’aide " aux créateurs vidéo sur internet ", vient d’accorder une bourse exceptionnelle d’une valeur de 30 000 € à son futur réalisateur, le comédien montpelliérain Tommy-Lee Baïk.

De passage à Millau il y a quelques jours pour une réunion de travail avec les membres d’AnderAndera, Tommy-Lee Baïk évoquait " le kif " que c’était de voir se concrétiser cette fiction sociale sur la jeunesse. " On a prévu cinq épisodes de 25

minutes environ qui seront tournés au mois d’octobre, pendant trois semaines, à Saint-Affrique, à Cahors, et probablement à Millau. Techniquement, grâce à l’aide du CNC, qui est une base précieuse, on va pouvoir en financer une partie. Bien évidemment, ça ne sera pas suffisant mais on a de l’envie et on sait se débrouiller. Le système D, on connaît (lire ci-dessus) ", affirme le comédien qui a fait la rencontre les membres d’AnderAndera en 2015, au moment où il tournait Mordred, sa première web-série, du côté de Sévérac-le-Château.

" Nous nous demandions à l’époque qui était ce jeune montpelliérain qui venait marcher sur nos plates-bandes ", sourit Fabien Camaly, qui fait partie des trois responsables d’AnderAndera, avec Laurent Boudot et Virgile Vergues. " À l’époque, je m’étais rendu sur le tournage et j’ai bien fait car ça a “matché” aussitôt entre Tommy et nous. Par la suite, nous nous sommes recroisés plusieurs fois sur des festivals. Il était de l’aventure dans la saison 2 de Mortus et on suivait ses projets de près, dont Poètes, qui nous plaît vraiment. Maintenant qu’il est écrit et bien ficelé, explique le vidéaste saint-affricain, on va aider Tommy à le réaliser avec le budget qu’on aura réussi à obtenir. "

" Période fascinante "

Le pitch de cette future web-série, c’est encore Tommy-Lee Baïk, son auteur, qui en parle le mieux. " Poètes va traiter de cette période de la vie qui est celle de la transition entre la fin de l’adolescence et le début de l’âge adulte. "

Aux yeux de ce jeune homme de 24 ans, " c’est une période fascinante, celle des rêves, du déni, de l’envie de “manger le monde” et aussi celle où une part d’insouciance s’en va et où l’on veut absolument partir de chez soi. Je veux que cette web-série soit ancrée dans le concret, qu’elle ouvre le dialogue au sein de ma génération mais aussi avec les autres, celles d’avant et j’espère celle qui va suivre. Je pars du principe que plus on se parle, plus on se comprend. "

Retour aux sources

Grand amateur des séries anglaises de teenagers produites par E4, Skins et Misfits en tête, et plus récemment du film Comment c’est loin ? réalisé par Orelsan et Gringe, Tommy-Lee Baïk dit vouloir inscrire son projet dans une esthétique brute et réaliste, tout en promettant de rester à distance du documentaire.

" On va s’inspirer de ce qu’est le quotidien des jeunes aujourd’hui en milieu rural, dans ces petites villes où l’on croit qui ne se passe jamais rien. Il y aura du vécu, c’est certain. Et tout un tas de personnages pour que le résultat ait un côté sériel. "

À deux mois et demi du tournage, Tommy-Lee Baïk a déjà bouclé le casting, tout du moins des personnages principaux. " J’ai choisi des gens qui ont du caractère, du charisme, une personnalité. Je veux que ça soit une vraie expérience humaine, que les gens vivent à fond ce qu’on va raconter. Il n’y aura que très peu de vrais comédiens ", annonce le jeune réalisateur. Qui, pour la petite histoire, après avoir longtemps vécu à Montpellier, vient de poser ses valises à Cahors (46).

Une petite ville qui fut la sienne, adolescent, et qu’il rêvait à l’époque de quitter à jamais. Comme quoi, toutes les générations éprouvent la même envie. Celle de revenir un jour - pour quelques instants ou tout une vie -, là où tout a commencé.

Réagir