Auto - Moto

Qui succédera à Bonnefis sur l'anneau de Roussenac ?

  • L'an passé, le Baraquevillois Germain Bonnefis avait été le plus rapide.
    L'an passé, le Baraquevillois Germain Bonnefis avait été le plus rapide. Archives Centre Presse - J.-L. B. / Archives Centre Presse - J.-L. B.
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages
Épreuve totalement atypique et ô combien spectaculaire, le slalom de Roussennac a encore une fois fait le plein d’engagés avec 90 bolides prêts à en découdre ce dimanche 29 juillet, entre Rignac et Montbazens.

Côté piste

Pour sa 18e édition, le slalom de Roussennac atteindra demain, à nouveau avec 90 engagés, le maximum de concurrents. « Nous nous sommes volontairement limités à 90 car après cela fait beaucoup, explique Bruno Camboulas, le président de l’écurie organisatrice, Défi Racing. Et nous avons également quelques concurrents en liste d’attente en cas de défection de dernière minute. »

Pour cette mouture 2018, pas de changement. « On ne change pas une formule qui gagne. » Les voitures partent deux par deux, chacune à une moitié de la piste, pour une série de trois tours, sur un anneau de 400 mètres de long, pour partie en terre mais également en béton. L’objectif étant de terminer le plus proche de son adversaire voire de le rattraper, tout en réalisant le meilleur temps possible en vue du classement scratch final.

L’épreuve est ouverte à pratiquement toutes les catégories de voitures, mais également aux SSL, des buggies de loisir à deux places qui sont homologués pour circuler sur route et des speed cars.

 

Côté course

C’est très certainement dans la dans la catégorie des speed cars, des buggies ultraléger propulsés par des moteurs de moto, que l’on trouvera le vainqueur scratch. En l’absence de Germain Bonnefis, le tenant du titre, difficile de dire qui l’emportera. Dans la catégorie auto, la bataille devrait faire rage entre les BMW, et autres GTI. Toutefois, il faudra faire très attention à Thierry Marcobal, un habitué des courses du championnat de France sur terre, qui, au volant de sa Saxo T4, pourrait bien griller la politesse à tout le monde.

Un spectacle qui promet encore une fois d’être à la hauteur. À noter en plus que les emplacements spectateurs permettent de voir quasiment l’intégralité de la piste.

Centre Presse Aveyron
Réagir