Rodez Aveyron Football

Un Raf nouveau part en campagne

  • Joris Chougrani et les Ruthénois entrent en piste ce soir à Lyon.
    Joris Chougrani et les Ruthénois entrent en piste ce soir à Lyon. - Archives J-L B - Centre Presse Aveyron -
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages
Avec près de 50 % de son effectif renouvelé, le Rodez Aveyron football entame ce soir à Lyon-Duchère sa deuxième saison en National. Du lourd d’entrée pour une équipe encore en chantier.

« Tout oublier du passé. S’en servir, mais ne surtout pas comparer. » Laurent Peyrelade le sait : il doit repartir de zéro ou presque à l’heure de débuter la campagne 2018-19 avec notamment un groupe largement remanié (notre précédente édition). Son Raf 2017-18 a eu beau terminer quatrième l’année de son accession en National, la chanson n’est plus la même au moment d’affronter ce qui devrait être une grosse équipe cette saison, Lyon-Duchère, dans son stade de Balmont (20 h).

« L’an dernier à la même époque, cela faisait trois ans qu’on était tous ensemble. Les principes, les affinités de déplacement, la philosophie de jeu, tout était déjà digéré et même plus, explicite le coach. Aujourd’hui, il nous reste encore beaucoup de travail.»

Cela veut dire que lui et ses hommes débutent alors qu’ils ne sont pas à 100 % de leur capacité ? « J’espère, oui, rétorque sans hésiter le technicien. Il faut qu’on grandisse ensemble, qu’on apprenne les uns des autres, que les nouveaux comprennent nos principes. ça prend du temps. Il faudra aussi vite se mettre au niveau de l’engagement physique, du volume de jeu. Ou sinon, ça va piquer et vite, dès demain d’ailleurs (ce soir, NDLR). »

Cette fois donc, Loïc Poujol et les siens doivent s’attendre à un départ moins en fanfare. Avec probablement une trajectoire de résultats inversement proportionnelle à celle de la saison dernière.

Pour ne rien arranger, la préparation estivale a laissé des traces dans les organismes. Bardy, Roche et Ayari sont blessés (lire ci-contre) et Tertereau (cheville) n’est, lui, pas au maximum de ses capacités ce soir. Pourtant, « il faudra monter sacrément le niveau pour être compétitif, envoie Peyrelade. Être très discipliné dans ce match et se méfier des coups de pieds arrêtés. » Il s’attend à souffrir face à la densité lyonnaise.

« Etape par étape »

Il faut dire que les matches amicaux estivaux ne l’ont pas rassuré (un seul but marqué, quatre encaissés, une seule victoire en six matches). « C’était bof, bof », commente-il. Pour autant, son président Pierre-Olivier Murat lui a fixé deux objectifs : se qualifier pour un 32e de finale de Coupe de France et terminer dans les cinq ou six premiers du National.

« Il y a l’objectif du président et le mien, répond l’ancien attaquant lillois. Le mien, c’est de construire quelque chose étape par étape pour pouvoir espérer atteindre l’objectif du président. » La patience devra donc être de mise.
Même si les raisons de croire à une nouvelle très belle saison du Raf sont nombreuses. Son ADN ne devrait ainsi pas changer : « des chiens sur le terrain » comme aime à le dire Peyrelade, un bloc bas, des attaques rapides. Et très probablement ce soir en tout cas un 3-5-2 qui a fait ses preuves.

Les nouveaux Maury (lire plus bas), Caddy ou encore Tertereau, très intéressants sur le papier, sauront-ils investir tout cela et en combien de temps ? Début de réponse ce soir à Lyon.

Sur le même sujet
Réagir