Entraygues-sur-Truyère

Le premier festival « Cinoche et Bidoche » s’est taillé un vrai succès !

  • L’orchestre de Mamou : une invitation à la danse traditionnelle du pays.
    L’orchestre de Mamou : une invitation à la danse traditionnelle du pays.
Publié le / Modifié le S'abonner

La première édition du festival « Cinoche et bidoche » a été une véritable réussite. Malgré la chaleur, en trois jours, plus de 400 spectateurs ont rempli la salle de cinéma pour suivre les films et participer aux débats avec les intervenants. La cour de l’école communale a aussi rassemblé de nombreux auditeurs autour d’apéro-lectures musicaux. Un petit concert en plein air de l’orchestre de Mamou a clôturé cette dernière soirée au son de quatre violons, de chants et de danses traditionnelles de la région, et suivi par un dernier film projeté sur un écran géant.


À l’initiative de cette manifestation, deux associations : Cinécure et Ciné pour tous. Pour Anne Guthuix, Laurence Mollaret de Cinécure, le choix des films et des lectures est important afin de sensibiliser les spectateurs aux liens que l’homme tisse avec les animaux, à la façon dont il les traite et comment ce lien s’est dégradé lorsque l’industrie a transformé les animaux en marchandises. « Il est important que le festival soit adressé à tout public, éleveurs, agriculteurs, habitants et vacanciers, en s’appuyant sur les ressources et les infrastructures locales comme le cinéma ou la cour de l’école. Certains anciens agriculteurs se sont reconnus dans ces films. L’Aveyron est une région d’élevage où il y a encore une nourriture de qualité. Les gens sont attentifs à leurs terres et à leurs traditions. Il y a encore la notion de terroir et d’agriculture locale. »

Pourtant le malaise est mondial : les documentaires invitent chacun à se poser des questions quant à ses habitudes quotidiennes, à sa façon de s’alimenter, d’appréhender la nourriture et les plantes ou les animaux qui la constituent. Comment l’humanité souhaite-t-elle être nourrie ? Comment veut-elle élever ses animaux ?

Films et débats montrent des histoires de vie, des témoignages et des prises de conscience, amenant un retour en arrière avec d’autres méthodes de cultures ou d’élevage dans le respect des animaux, de l’humain et de la terre. Ce festival est le fruit du travail des nombreux bénévoles de Ciné pour tous : Jean-Pierre, Brigitte, Bernard, Helmut, Véronique, Laurent… Ainsi que des employés communaux et de l’office du tourisme. De nombreux commerçants ont aussi soutenu le projet. Si vous avez aimé « L’orchestre de Mamou », vous pouvez les retrouver chaque 3e vendredi soir du mois à l’Indépendance pour des soirées dansantes gratuites.

Réagir