Culture et Loisirs

Le château de Bournazel, véritable joyau au cœur du village

  • -
S'abonner Mis à jour le -- partages

Le souhait de Martine et Gérald Harlin les propriétaires du château de Bournazel est de vouloir faire vivre ce lieu. Plusieurs concerts ont été organisés afin de créer une riche activité culturelle, tout comme au XVIe siècle. Ce château est un joyau qui fut l’objet d’un immense programme de construction de 1542 à 1561 pour transformer une demeure féodale en un espace de luxe, de raffinement et de plaisir.
Le commanditaire du château qui s’appelait Jean de Buisson était un banquier toulousain originaire de Figeac devenu homme de guerre de François1er.

En 1790 au plus fort des troubles révolutionnaires, le château fut mis à sac et incendié par les habitants du village et en partie détruit. Passé aux mains du Marquis de Marigny il fut transformé au XIXe siècle. Il a été classé monument historique définitivement en 1942.

Un joyau de la Renaissance restitué à l’identique

Après la Seconde Guerre mondiale, le château est devenu une maison de retraite gérée par les houillères de Decazeville. Les appartements furent transformés en chambres et les volumes découpés en espace de soins et de repos.

Les nouveaux propriétaires ont depuis 2008 décidé de rendre son lustre à ce joyau de la Renaissance en restituant les volumes et les décors avec des meubles et des œuvres d’art d’époque, en restaurant à l’identique avec des techniques traditionnelles les parties détruites : Alain Galigazon, spécialiste en restauration de fauteuils anciens y travaille.

Quant au gros œuvre de l’édifice, c’est l’entreprise Vermorel, spécialisée dans la restauration du patrimoine bâti, la taille de pierre, la maçonnerie et la sculpture qui le restaure depuis dix ans : « L’architecte est un chef d’orchestre, nous essayons d’être les musiciens » explique Dominique Vermorel.Environ 200 mètres carrés sont restaurés chaque année.

L’escalier d’honneur sculpté qui se reconstruit à l’identique par les tailleurs de pierre, des compagnons, des maçons sera terminé dans un peu plus de deux ans. Plusieurs tonnes de pierres ont été retrouvées pendant les travaux de restauration, ce qui a permis d’aller au-delà de la simple restauration en reconstruisant cet escalier.

Dominique Vermorel, à la tête d’une cinquantaine d’ouvriers contrôle l’avancement des travaux.   
Dominique Vermorel, à la tête d’une cinquantaine d’ouvriers contrôle l’avancement des travaux.   

Réagir