Culture et Loisirs

Série de l'été : Claude Clément fait chanter les lettres

  • Passionnée de musique et aussi de chant, Claude Clément a notamment écrit une collection de livres-CD. Photos Jean-Louis Bories
    Passionnée de musique et aussi de chant, Claude Clément a notamment écrit une collection de livres-CD. Photos Jean-Louis Bories
  • Série de l'été : Claude Clément fait chanter les lettres
  • Série de l'été : Claude Clément fait chanter les lettres
  • Série de l'été : Claude Clément fait chanter les lettres
  • Série de l'été : Claude Clément fait chanter les lettres
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages
L'écrivaine, née au Maroc, est tombée sous le charme de l'Aveyron au début des années 2000. C'est depuis ses quartiers dans un village du Vallon qu'elle évoque cette ardente passion pour l'écrit, sous différentes formes.

Cent cinquante, c’est sûr ; peut-être même deux cents. " J’ai arrêté de compter, sourit-elle. Mais, il faut que je me penche sur la question car les enfants me le demandent très souvent ". Claude Clément a donc beaucoup écrit. Tant et si bien qu’elle ne tient plus les statistiques à jour. Après une enfance dans l’Atlas marocain, où elle est née un 31 août entre Marrakech et Ouarzazate, elle découvre la France à l’âge de 10 ans. D’abord à Montpellier, avant de monter faire ses études (littérature, droit, théâtre, langues slaves) à Paris. Tombée amoureuse de l’Aveyron voilà une quinzaine d’années, elle a pris ses quartiers dans un village du Vallon.

La fréquentation d’auteurs tels que Milan Kundera et Bohumil Hrabal l’a conforté dans son désir d’écrire. Après la publication de ses premiers textes, retour aux planches où elle a adapté certains de ses ouvrages au sein de sa compagnie Auteurs-en-Scène. En 2004, le Théâtre du Châtelet lui a commandé un livret d’opéra inspiré du Luthier de Venise.

Se considérant comme " un auteur interdisciplinaire ", Claude Clément est " boulimique d’écriture ", touchant aux domaines de la littérature, du théâtre, de la télévision, de l’opéra, travaillant tantôt sur l’adaptation en dessins animés de l’une de ses séries, tantôt donc sur un livret pour une version opéra de son Luthier de Venise, tantôt sur une pièce mettant en scène Mozart jeune pour une compagnie de théâtre d’ombres, tantôt sur une adaptation rock de La funambule et l’oiseau de pierre en compagnie de son fils, chanteur et musicien.

L’écriture est la pierre angulaire de toutes ces activités qui, selon ses propres termes, " ne sont disparates qu’aux yeux des autres ". Et de développer : " J’y trouve ma cohérence intérieure, guidée par un refus catégorique des étiquettes, des classifications et des cloisonnements ".

L’Aveyron figurera-t-il un jour dans un de ses ouvrages ? " Je n’ai pas osé pour l’instant mais je le souhaite, assure l’intéressée. La nature, les paysages..., je retrouve la sauvagerie des décors de mon enfance. ça me réveille plein de choses ". Et elle a déjà son idée sur la forme à donner. Elle n’est pas très bavarde sur le sujet mais, entre les lignes, il est possible d’imaginer une création avec le calligraphe installé à Espalion, Xavier Piton. Pourquoi pas, par exemple, un livre d’artistes ? Sans les mots !

Mais Claude Clément a aussi un autre projet : l’adaptation d’un opéra de Nikolaï Rimski-Korsakov, La fille de neige, qu’elle rebaptiserait Fleur de neige, " une œuvre plus personnelle ". Elle l’a soumis à Delphine Labedan, une illustratrice française installée en Espagne. Elle attend maintenant le retour...

Réagir