Prix du Pays noir : les lauréats de la 5e édition récompensés

  • Les lauréats avec Jean-Paul Desprat.
    Les lauréats avec Jean-Paul Desprat.
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Ce rendez-vous culturel annuel, qui s’est déroulé au château de Gironde.

La cinquième édition du prix du Pays noir s’est déroulée en présence de Laurent Stefanini, ambassadeur de France auprès de l’Unesco, et de Christian Robbe-Grillet, sous-préfet de Villefranche-de-Rouergue, et de plusieurs élus locaux, invités par Jean-Paul Desprat, le fondateur de ce prix littéraire.

Jean-Paul est d’abord revenu sur ce rendez-vous culturel annuel, qui s’est déroulé au château de Gironde : " Le prix du Pays noir est désormais enraciné, les auteurs racontent avec passion notre double culture, rurale et ouvrière, qui s’est d’ailleurs longtemps interpénétrée. Aux travers de ces textes et vidéos, notre but est de fixer l’histoire du Bassin et de la vallée du Lot, raconter des parcours, des événements, mais également la vie de tous les jours, avec des anecdotes et des détails qui font eux aussi l’histoire ".

Un prix d’honneur hors concours a été décerné à titre posthume à Pierre Fraysse, pour le texte " Le Gua dans les années 1920-1930 ", comportant justement des détails de la vie quotidienne à l’époque, avec notamment une vendeuse de gâteaux qui marchait dans les rues tout en annonçant les décès et en apportant moult précisions sur les défunts et leur famille. Dans la catégorie fiction, le premier prix a été décerné à Alain Solignac pour sa superbe vidéo : " Des Corps industrieux pour un décor industriel ". Alain avait filmé deux groupes,

Théâtre Bivouac et Generik Vapeur, au milieu des friches industrielles, en 2002, avant qu’elles ne soient rasées, une approche différente quand les cheminées ne fument plus et que les trous de mines sont bouchés. Élisa Chaigneau, pour le texte " Un Homme double ", termine deuxième. Dans la catégorie document, Bernard Delbosc a obtenu le premier prix pour ses divers travaux photographiques sur le Bassin decazevillois, un travail poussé et de longue haleine. Philippe Velez, auteur d’une remarquable étude de Prosper Alfaric (Livinhacois, prêtre défroqué, spécialiste de l’histoire du christianisme et chantre de la laïcité), se classe deuxième. Les lauréats de chaque catégorie se sont vu remettre chacun un chèque de 750 €.

Après avoir bu le verre de l’amitié, l’assistance a pu entendre le jeune Théo Salabert qui a joué du piano, dont des œuvres classiques. Théo, qui est un vrai autodidacte, s’était déjà illustré lors d’un récent concert d’orgue en l’église Notre-Dame de Decazeville. La littérature, les images et la musique : le château de Gironde a délivré avec sérénité ses touches culturelles.

Didier Latapie
Voir les commentaires
L'immobilier à Decazeville

19000 €

Decazeville, proche du centre, venez découvrir ce terrain sur les hauteurs [...]

318000 €

SECTEUR DECAZEVILLE - Local Commercial 380 m² et entrepôt 200 m² sur un ter[...]

44000 €

VENDS TERRAIN A DECAZEVILLE D'UNE SUPERFICIE D ENVIRON 2300M2 VUE DÉGAGÉE A[...]

Toutes les annonces immobilières de Decazeville
Réagir