Le Raf II rate son départ

  • Les Ruthénois ne se sont pas familiarisés avec leur nouvel environnement de la meilleure des manières.
    Les Ruthénois ne se sont pas familiarisés avec leur nouvel environnement de la meilleure des manières. Archive Centre Presse Aveyron Jean-Louis Bories
Publié le

Battue sur le score sans appel de 4-0 hier soir à Alès, l’équipe réserve ruthénoise commence mal sa saison en Nationale 3.

Le match lourdement perdu par le Raf II à Alès, hier soir, fait partie de ceux qui permettent de se faire les dents ; d’apprendre, aussi, ce que requiert le niveau supérieur. Un score de 4-0, sans appel, mais qu’il convient d’analyser avec du recul étant donné que l’équipe réserve commence en général mal ses saisons, en témoigne le premier match de l’an dernier perdu face à Auch sur le score de 3-1.

Alors, que retenir de cette partie où l’on n’a quasiment jamais vu les Ruthénois à l’offensive ? L’adversaire, d’abord. Une équipe gardoise dotée d’un bloc médian bien placé et qui se projette très vite vers l’avant ; un danger permanent. Les trois buts marqués sur des phases de jeu en sont des exemples parfaits, le penalty, dans un autre contexte, étant venu sanctionner une certaine naïveté des hommes de Florent Rech.

Trop souvent prise de vitesse, la défense a souffert et n’a pas réussi à contenir les assauts des Cévenols. Trop timides dans les dix-huit derniers mètres, les joueurs offensifs n’ont jamais réussi à faire frémir l’arrière-garde d’Alès et lui ont rendu la tâche trop facile. Rageant, parce que le score, qui paraît fleuve, aurait pu être plus léger si les joueurs s’étaient sentis plus à l’aise. L’entraîneur adjoint, Guillaume Miquel, le confirme : « Même si on n’a pas proposé grand-chose offensivement, il y avait de bonnes intentions. Ce qu’on a surtout pu remarquer, c’est qu’il y a des exigences supérieures en Nationale 3. Il faut élever notre niveau de jeu et il faut que ce soit immédiat ; on ne va pas attendre trois journées pour ça ! Maintenant, les joueurs ont vu ce qu’on attendait d’eux et ils doivent s’y préparer ».

S’y préparer, et rapidement, même si, heureusement le tableau n’est pas tout noir. Certes, Rodez a perdu, certes, il s’est montré inoffensif devant, mais c’est aussi par là que passe l’apprentissage dans une division aussi relevée. Et il y a également beaucoup de motifs d’espoir. Un chiffre le confirme : ce Raf n’a subi que six tirs. Alès n’était pas si dangereux que ça…

Les joueurs ont vu le niveau, reste maintenant à travailler le physique et la technique durant cette semaine afin d’accueillir Mende, dimanche prochain, avec de meilleures intentions et d’aller chercher les premiers points de la saison.

Antoine Froissart
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?