Rallye de Saint-Affrique : Chivaydel confirme et s’impose

  • Jean-Laurent Chivaydel a dominé l’épreuve de la tête et des épaules.
    Jean-Laurent Chivaydel a dominé l’épreuve de la tête et des épaules. Photo Jean-Marc Cognot
Publié le

Jean-Laurent Chivaydel, en tête du classement général provisoire à l’issue de la première journée, a tenu son rang jusqu’au bout et l’a emporté.

« On roule pour le plaisir et si on peut gagner, on ne s’en privera pas », déclarait, samedi soir, Jean-Laurent Chivaydel, qui, à bord d’une Ford Fiesta R 5, était en tête du classement général provisoire du deuxième rallye du pays saint-affricain. Le pilote de Ségur ne s’est donc pas privé puisqu’il a confirmé, hier, lors de la deuxième spéciale, que les soixante-neuf concurrents encore en course ont parcourue deux fois.

« Avec mon copilote, Bastien Cluzel, on s’est régalés. On n’a pas mal roulé et on a fait le travail. La voiture est au-dessus des autres. La spéciale de 12,5 km entre les Costes-Gozon et Bournac est très belle, très rapide et difficile avec quelques gros pièges. Elle est glissante, avec moins d’adhérence des pneus sur le goudron fondu. Quand on freine, ça glisse », a-t-il déclaré.

Même satisfaction affichée par Bastien Cluzel, qui en est à son sixième rallye : « Ce matin (hier, NDLR), c’était un peu compliqué lors du premier passage sur la spéciale car on n’était pas dans le tempo. Mais cet après-midi, au second, c’était top ! »

Deuxième samedi soir, le Toulousain Nicolas Rouillard, à bord d’une BMW 318 i Compact, a conservé sa place à l’arrivée.« On a réalisé un super temps et la voiture a vraiment bien fonctionné. La spéciale des Costes-Gozon était rapide, rythmée, vraiment belle. Dans la descente j’ai roulé à 170 km/h », a-t-il confié.

De son côté, Julien Marty, de Figeac, n’a pas réussi à faire mieux ni aussi bien qu’en 2017 (deuxième) puisqu’il est monté sur la dernière marche du podium.

« L’auto est entière. Je suis venu faire du “roulage” pour me préparer pour le championnat de France, au rallye du Mont-Blanc, dans deux semaines. La spéciale de dimanche était typée, avec du rapide et du serré », a-t-il indiqué, tandis que son copilote, Sébastien Thamalet, de Figeac également, s’est dit content de la troisième place et de ces deux jours, « avec de très belles spéciales ».

Quatorze abandons seulement

Quatrième samedi soir, le Millavois Gilles Salgues a échoué au pied de la « boîte », avec sa Ford Fiesta R 5 : « On (lui et son coéquipier) n’a pas pu aller chercher le podium car ça roulait trop vite ce matin (hier). Julien Marty a fait un super temps dans la première spéciale, ce qui a validé sa troisième place au général ».
 

Frédéric Vincent, de La Cavalerie, a quant à lui fini quinzième, avec une Renault Clio Ragnotti : « Je félicite l’organisation, qui a tenu compte des remarques des pilotes en 2017 pour améliorer le rallye et changer la spéciale de Crassous ». Son copilote n’était autre que son neveu, Clément Raynaud, de Millau, âgé de 16 ans. « C’était mon premier rallye. J’ai aimé la vitesse et les sensations dans les virages », a-t-il confié.

Hier soir, la satisfaction était quasi générale pour les premiers pilotes du classement. Il en était de même pour Georges Pouquine, le directeur de course : « Tout s’est bien passé. Les concurrents sont satisfaits du changement de la spéciale du dimanche. Il y a eu soixante-quatorze voitures au départ et soixante sont rentrées dimanche au parc. Il n’y a eu que quatorze abandons ».

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?