Rodez : le mois d'août rattrapera-t-il un mois de juillet maussade ?

  • L’embellie aoûtienne  se confirme dans l’agglomération
    L’embellie aoûtienne se confirme dans l’agglomération
  • L’embellie aoûtienne  se confirme dans l’agglomération
    L’embellie aoûtienne se confirme dans l’agglomération
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Si juillet n’a pas rassuré les professionnels du tourisme du Grand Rodez, août a de quoi les rassurer. Avec des retombées économiques plus intéressantes.

Un ouf de soulagement ! Dans les rangs des professionnels du tourisme du Grand Rodez, on affiche enfin un sourire radieux. Après avoir connu un mois de juillet particulièrement difficile, août semble promis à une belle réussite. Même si aucune donnée chiffrée n’est encore arrivée sur le bureau des principaux pontes du tourisme local, force est de constater un dynamisme croissant pour les trois premières semaines aoûtiennes. " Il est difficile d’établir déjà une tendance pour le mois d’août, surtout qu’il n’est pas terminé, précise Florence Taillefer, directrice de l’office de tourisme ruthénois. Aucun chiffre ne nous est pour l’instant parvenu mais la tendance est à un mois d’août nettement meilleur, ne serait-ce que sur les visites guidées. "

À l’image d’autres territoires hexagonaux, le piton et ses communes alentours ont vu flâner petit à petit cette clientèle dans les artères du centre-ville, à deux pas de la cathédrale ou du musée Soulages. Un comportement différent saison estivale après saison estivale qui se confirme depuis le début des années 2000, où les Français optent plus fréquemment pour des vacances au mois d’août. " L’an dernier, la saison estivale n’avait pas démarré avant le 20 juillet, rappelle la responsable de l’office de tourisme. En 2018, nous prenons à peu près le même chemin. "

Une arrivée tardive expliquée, en partie, par la coupe du monde de football mais surtout par des vacances scolaires de plus en plus tardives (pas avant la fin de la première semaine de juillet).

L’influence du musée Soulages

A contrario, le tourisme ruthénois a dû se réadapter. D’abord à l’évolution des comportements. Avec une saison désormais étalée de mai à octobre, et des mois de juillet et août moins " forts " que par le passé. " Les chiffres de fréquentation ont été bien meilleurs en septembre qu’en juillet dans les musées de Rodez en 2017 ", donne à titre d’exemple Florence Taillefer. L’ouverture du musée Soulages n’est également pas étrangère à cette dissolution des touristes durant la période des beaux jours.

Si bien que l’offre s’est peu à peu motivée pour coller au plus près à la demande de la clientèle. Il n’est pas rare que l’office de tourisme du Grand Rodez doive modifier son planning d’activités en cours de journée. " Aujourd’hui, nous faisons des mises au point régulièrement dans la journée pour savoir s’il convient de poursuivre telle ou telle activité, complète la directrice de l’office ruthénois. Pour ne pas passer à côté de ces touristes éphémères et volatiles.

Jérémy Mouffok
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

331 €

Dans le quartier du Faubourg proche des centres de formation, venez découvr[...]

564 €

LOCATION SANS AUCUN FRAIS D'AGENCE 3 Pièces situé sur le tour de ville à pr[...]

321 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D'AGENCE - Proche université Champoll[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir