Qui était Alain Vernhet, l'homme retrouvé mort à Aguessac ?

  • Alain Vernhet, un « archiviste » au service de l’archéologie
    Alain Vernhet, un « archiviste » au service de l’archéologie
Publié le , mis à jour
Centre Presse Aveyron

Il était recherché depuis douze jours. Son corps a été retrouvé vendredi à Aguessac.

Son visage, tout en rondeur et en douceur, parle à des générations entières de Millavois. Véritable artisan des fouilles archéologiques de la Graufesenque et ancien conservateur du musée de Millau, Alain Vernhet a mis les mains de flopées de petits Millavois dans l’époque gallo-romaine. Vendredi, après douze jours de recherches, son corps, sans vie, a été retrouvé près de la voie ferrée à Aguessac, où il résidait avec son épouse. Âgé de 77 ans et atteint de la maladie d’Alzheimer, il avait disparu pendant la fête de son village. Depuis, ses proches multipliaient les battues pour le retrouver.

Chercheur au CNRS, Alain Vernhet a longtemps été le seul archéologue professionnel rattaché au Département de l’Aveyron. Avant d’ouvrir la voie, notamment à l’actuel maire de Millau, Christophe Saint-Pierre. Considéré comme le " père "du site archéologique de la Graufesenque, le Millavois a tenu son rang de référence mondiale pour ce qui concerne la céramique sigillée, caractéristique de l’Antiquité romaine. " Dès que l’on trouvait des traces, aussi infimes soient-elle, de sigillée, où que ce soit dans le monde, on se tournait vers Alain, témoigne aujourd’hui Christophe Saint-Pierre. Il faisait partie d’un groupe de chercheurs internationaux. "

Légion des arts et des lettres

Adjoint à la culture du maire Godfrain de 1995 à 2001, après avoir fait partie de la majorité socialiste de Gérard Deruy, Alain Vernhet a connu un parcours politique chahuté. Lui valant parfois de " violentes attaques " en conseil municipal, se souvient Jacques Godfrain.

Avec Christophe Saint-Pierre, qui lui succédera à la Culture sous Godfrain de 2001 à 2008, Alain Vernhet a œuvré à " l’ambitieux projet " de réhabilitation de la Maison du peuple, à l’ouverture au public du site de la Graufesenque et, plus largement, à la valorisation du patrimoine millavois. Toujours avec Christophe Saint-Pierre, il travaillera, en 2006, à la relance du club archéologie de la MJC.

En 2011, le ministère de la Culture l’a décoré de la Légion des arts et lettres. À cette occasion, Jacques Godfrain avait salué son ami de longue date : " Sur cette endormie, vous avez fait un instrument remarquable d’éducation. Vous êtes un archiviste de notre terre. "

(Lola Cros/Midi Libre Millau)

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?