Rodez Aveyron Football

Football, suspension de Mellot : le président de Rodez hausse le ton

Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

Les cinq matches de suspension écopés par Jérémy Mellot suite à son expulsion lors d'une échauffourée face à Marignane (succès 1-0), il y a 15 jours, passent définitivement très mal. A la veille de recevoir Avranches, ce vendredi soir à Paul-Lignon (20 heures),le président du club, Pierre-Olivier Murat, est monté au créneau lors de la traditionnelle conférence de presse d’avant-match, menaçant même "d’aller au civil" s’il n’est pas entendu.

Il a d’abord fait défiler les images de la vidéo que le club a envoyée à la FFF pour motiver sa demande d’appel, demande en annulation de sanction pure et simple. " On le voit bien, il ne fait rien du tout. Il se prend une prise de judo, se relève vite mais on distingue très bien sur les images qu’il ne fait rien d’autre !, s’agaçait encore le boss ruthénois. L’arbitre m’a même avoué à demi-mot à la fin du match : “Je crois que je me suis trompé” "

Tribunal et jurisprudence

Sauf que la commission d’appel ne doit se réunir que le 20 septembre prochain. Jérémy Mellot aura alors purgé quatre de ses cinq matches. " Ce n’est juste pas possible " pour “Pom” qui a plaidé sa cause auprès de l’instance nationale. Sans succès jusqu’alors. " On nous répond que la commission a un délai maximum de quatre mois, que ce sont les règlements qui sont ainsi faits. "Alors qu’en L1 et L2 (championnats gérés par la LFP et non la FFF), les appels sont beaucoup plus rapides. " Évidemment, les enjeux financiers sont plus importants ", explique le président.

Il pense ici aux salaires des joueurs empêchés de travailler. D’ailleurs, si sa demande n’aboutit pas, il envisage " d’aller au civil ". C’est-à-dire de demander réparation, financière notamment, devant un tribunal. " Ce n’est pas pour l’argent, évidemment, indique-t-il. Mais pour que ce système évolue. Que cela fasse jurisprudence au niveau national. " Avant de se montrer davantage encore intraitable : " Soit la règle change, soit il faut dissoudre cette commission d’appel. "

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir