Rodez-Onet-le-Château Handball

Handball : le Roc nouveau parie notamment sur le « fait maison »

  • Les deux présidents Olivier Ferrand et Benoît Courtin ont planté le décor : " Quand le Roc marque des points, c’est l’Aveyron qui gagne ! ". JLB
    Les deux présidents Olivier Ferrand et Benoît Courtin ont planté le décor : " Quand le Roc marque des points, c’est l’Aveyron qui gagne ! ". JLB
Publié le / Modifié le S'abonner

Alors que les deux équipes majeures seniors débutent samedi soir, à l’Amphithéâtre, leur championnat de N2, les deux présidents Olivier Ferrand et Benoît Courtin ont servi une " garden party " à Fontanges, pour présenter aux joueurs, aux partenaires et aux élus de l’Agglo les éléments clés du projet du club pour cette saison.

La météo n’a pas été suffisamment généreuse pour s’installer dehors... C’est donc une garden party à l’intérieur de l’Hostellerie de Fontanges à Onet-le-Château que le Roc a servie voilà quelques jours. Et il a fallu pousser les murs car nombreux sont ceux qui ont répondu à l’invitation : les membres actifs du conseil d’administration (passé de 16 à 25), les trois salariés du club (Ludivine Chatelain, Milenko Kojic et Aurélien Simon), les joueurs des équipes seniors masculine et féminine pensionnaires de Nationale 2 (qui frapperont les trois coups samedi à l’Amphithéâtre), les partenaires publics et privés, les élus de l’Agglo...

Avant de se pencher sur l’exercice qui vient de débuter, le président Olivier Ferrand a jeté un dernier coup d’œil dans le rétroviseur. Et la liste des satisfactions, à l’issue d’une saison qualifiée de " particulièrement intense ", est longue : " La montée des filles en N2, le maintien des garçons, le beau comportement des deux équipes de moins de 18 ans en championnat de France, le titre de championnes d’Occitanie des moins de 13 ans filles ". L’intéressé s’est ainsi réjoui que " la formation, le cheval de bataille du club, commence à payer ". Avant de poursuivre : " Certains jeunes ont certes intégré des centres de formation ou des clubs de haut niveau durant l’été, c’est la règle du jeu. Une récompense également ".

Il a alors tendu le micro à son nouvel acolyte à la tête du Roc. Successeur de Jean-Louis Albouy, Benoît Courtin a évoqué le projet pour cette saison et sa vision pour le futur. " S’il y a un mot pour définir ce millésime, c’est pari, a-t-il lancé en préambule. Pari sur le sport féminin, pari sur tous nos jeunes en formation, pari sur l’arbitrage, pari sur les écoles, pari sur l’éthique et le comportement, pari sur une gestion sérieuse, pari sur la fidélité des partenaires publics et privés ". Il a alors été catégorique : " Nous ne sommes pas inquiets et savons que la volonté et l’engagement déplacent les montagnes. Nous sommes conscients que notre rôle dépasse Rodez et Onet-le-Château. Fort de 400 licenciés et d’un budget de 450 000 €, le Roc souhaite conserver un rayonnement sur tout le département ".

Olivier Ferrand a lui parlé objectifs, très direct comme à son habitude : " La N1 au plus tôt pour les deux formations ! Il faut aller très vite car c’est un autre handball. Celui pour lequel on veut vibrer ". " Non pas avec des mercenaires " (sic Benoît Courtin) mais avec un effectif à 95 % local. " Ils ont les tripes, a conclu Olivier Ferrand. C’est déjà la moitié du chemin de faite ".

Réagir