Santé

Un bébé aveyronnais malade du coeur sauvé par un chirurgien toulousain

  • Alex, le bébé ruthénois est aujourd'hui en pleine forme.
    Alex, le bébé ruthénois est aujourd'hui en pleine forme. - DR La Dépêche du Midi
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages
Un bébé ruthénois, atteint d’une cardiopathie congénitale inédite, a été sauvé grâce à une intervention chirurgicale audacieuse réalisée par une équipe du CHU Purpan de Toulouse.

 

Nos confrères de La Dépêche du Midi ont qualifié l'opération d'exploit. Aujourd'hui âgé d'un an, Alex est né prématuré avec une forme extrêmement rare et complexe de malformation cardiaque.Cette dernière ne pouvait pas lui permettre de vivre plusieurs années. Seulement deux cas ont été recensés avant lui.

Opéré une première fois à seulement trois jours, il a subi une seconde intervention, encore plus risquée, en avril 2018, à l'hôpital des Enfants à Toulouse. Pour le sauver, le Dr Fabio Cuttone, chirurgien cardiopédiatre, a réalisé un acte chirurgical très complexe, une rotation conotroncale. Ce type de reconstruction n'avait jusqu’alors jamais été utilisé.

Plus de deux heures d'intervention

En France, selon le CHU, dans le cas de pathologies similaires, très peu de centres hospitaliers exécutent ce geste qui permet de redonner un cœur normal au patient. Alex est opéré deux fois. Lors de la seconde opération, Alex n'a que 7 mois et pèse 7 kilos. L’intervention va durer 140 minutes, au cours desquelles son cœur est mis en arrêt pour permettre l’acte. C'est un succès, et après 15 jours d’hospitalisation seulement, Alex est rentré chez lui à Rodez avec un cœur totalement sain.

"Ce cas était très complexe, avec des associations d’anomalies totalement atypiques, jamais rencontrées jusqu’alors, raconte le chirurgien. L’enjeu était de permettre à l’enfant de vivre avec un cœur totalement normal. Pour cela, nous avons utilisé une technique très rarement pratiquée en France et jusque-là sur un cas d’un tel niveau de complexité", a confié le chirurgien, dans les colonnes de La Dépêche du Midi.

Réagir