Langage, lecture et devoirs faits au menu de la rectrice

  • Langage, lecture et devoirs faits au menu de la rectrice
    Langage, lecture et devoirs faits au menu de la rectrice
  • Hier avec les collégiens de Rignac... à l’heure de la lecture.J.A.T.
    Hier avec les collégiens de Rignac... à l’heure de la lecture.J.A.T. PIXROD / PIXROD
  • Langage, lecture et devoirs faits au menu de la rectrice
    Langage, lecture et devoirs faits au menu de la rectrice
Publié le / Mis à jour le S'abonner

La rectrice de l'académie de Toulouse,Anne Bisagni-Faure, a fait sa rentrée en Aveyron à l’école d’Anglars et au collège de Rignac.

Il était presque 12 h 30, ce mardi 18 septembre, quand la rectrice est venue troubler la quiétude de la salle de lecture du collège Georges-Rouquier de Rignac. Une vingtaine d’élèves, dans une ambiance tamisée, ont alors, durant quelques minutes, levé le nez de leur bande dessinée, de leur roman ou de leur magazine. Et ont pu lire le sourire qui éclairait le visage d’Anne Bisagni-Faure. La rectrice avait sous les yeux le résultat d’une année d’expérimentation plutôt réussie autour de la lecture. Une expérience née de la volonté de l’équipe éducative, constatant qu’il fallait trouver un moyen de " redonner le plaisir de lire " aux élèves.

Avant de rencontrer ces élèves, la rectrice a longuement échangé avec les enseignants sur la mise en place de ce dispositif. Tous y sont impliqués. Du professeur d’histoire-géographie, incluant l’apprentissage de la lecture de cartes, à l’enseignant en éducation physique et sportive qui a ouvert un module sur la lecture de carte IGN pour une meilleure orientation.

 

 

Le collège a surtout ritualisé un temps de lecture pour les élèves de sixième. En insistant sur la notion de plaisir. Rapidement, les premiers effets se sont fait sentir, avec des élèves " plus apaisés, moins stressés ". Au Centre de documentation, un temps appelé " Silence on lit " a également été mis en place, ouvert à ceux qui le souhaitent. Une enquête, en fin d’année dernière a été menée, pour mesurer un peu plus les effets. " Plus de 20 % lisent un peu plus qu’avant, mais surtout beaucoup n’ont pas décroché et lisent autant ", explique un des enseignants.

 

L'intégralité de l'article à retrouver dans notre édition du mercredi 19 septembre.

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir