Rentrée de combat pour Force ouvrière

  • Autour d’Emmanuel Dumas, Yves Iscayes (Millau), Amélie Randeynes (Rodez), Jérôme Nigris (Villefranche) et Philippe Cauffet (Decazeville).
    Autour d’Emmanuel Dumas, Yves Iscayes (Millau), Amélie Randeynes (Rodez), Jérôme Nigris (Villefranche) et Philippe Cauffet (Decazeville). PIXROD / PIXROD
Publié le / Mis à jour le S'abonner
-- partages

Le syndicat prépare déjà le rassemblement programmé au début du mois d'octobre.

Dans tous les secteurs, toutes les entreprises, « la prise de conscience des salariés est de plus en plus forte, ils veulent se défendre, phénomène que nous ne connaissions pas il y a quelque temps encore », avance Emmanuel Dumas secrétaire général de l’Union départementale Force ouvrière.

Sécurité sociale, paritarisme, fonction publique, retraites, Ehpad... Le monde du travail « subit beaucoup d’attaques depuis plusieurs mois. Alors les Gaulois sont de sortie pour repousser les frontières de la Macronie. Il faut que chacun soit bien convaincu qu’il sera demain très difficile de revenir sur les acquis obtenus par les organisations syndicales », prévient Emmanuel Dumas, conscient qu’il est difficile aussi de mobiliser les salariés, malgré « des conditions de travail qui se dégradent ».

Rassemblement le 9 octobre, élections le 6 décembre

C’est à cet effet qu’un large appel (intersyndical) est lancé pour le rassemblement du 9 octobre à Rodez (midi au jardin du foirail) et « faire mentir l’individualisme et le fatalisme » perçu chez les salariés. Lesquels, pour les trois fonctions publiques sont aussi appelés aux urnes le 6 décembre pour élire leurs représentants dans un contexte de fusion des instances et de « représentation syndicale piétinée, alors que nos unions locales sont de plus en plus sollicitées sur le plan social et humain par ceux qui souffrent ».

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir