Santé

Toutes les 5 secondes, un enfant meurt dans le monde

  • Toutes les 5 secondes, un enfant meurt dans le monde
    Toutes les 5 secondes, un enfant meurt dans le monde destinationsante.com - destinationsante.com
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages
Selon un rapport des Nations Unies, 6,3 millions d’enfants de moins de 15 ans sont morts en 2017, la plupart de causes évitables. Ce chiffre équivaut à un décès toutes les 5 secondes. La majorité est survenue au cours des 5 premières années de vie (5,4 millions) et la moitié concernait des nouveau-nés.

En 2017, la moitié des décès d’enfants de moins de 5 ans dans le monde a eu lieu en Afrique subsaharienne. D’ailleurs, 1 enfant sur 13 y meurt avant son cinquième anniversaire. Alors que dans les pays à revenu élevé, ce chiffre chute à 1 enfant sur 185. La plupart de ces décès pourrait être évitée (complications à la naissance, pneumonie, diarrhée, septicémie néonatale, paludisme…).

Pour ce qui est de la tranche d’âge 5-14 ans, les décès sont imputables à des  noyades, accidents de la route… Là encore des différences régionales existent. Les enfants d’Afrique subsaharienne ayant 15 fois plus de risques de mourir que les enfants européens.

« Si nous n’agissons pas immédiatement, 56 millions d’enfants de moins de 5 ans, dont la moitié seront des nouveau-nés, mourront d’ici à 2030 », indique Laurence Chandy, Directeur de la division des données, de la recherche et des politiques de l’UNICEF. « En dépit des progrès remarquables que nous avons accomplis depuis 1990, des millions d’enfants continuent de mourir en raison de qui ils sont et de l’endroit où ils sont nés. Il suffit de solutions simples, telles que des médicaments, de l’eau salubre, de l’électricité et des campagnes de vaccination, pour changer cette réalité pour chaque enfant. »

Du mieux malgré tout

Devant ce sombre tableau, le rapport des Nations Unies émet une lueur d’espoir. En effet, de 12,6 millions de décès d’enfants de moins de 5 ans en 1990, nous sommes passés à 5,4 millions en 2017. « Il est donc essentiel de continuer à réduire les inégalités en venant en aide aux nouveau-nés, aux enfants et aux mères les plus vulnérables si nous voulons atteindre la cible des objectifs de développement durable d’éliminer les décès évitables d’enfants et garantir que personne n’est laissé pour compte », conclut M. Zhenmin Liu, Secrétaire général adjoint aux affaires économiques et sociales de l’ONU.

Les régimes pauvres en glucides, mauvais pour la santé?

Source : Destination Santé

Réagir