L’union sacrée pour la presse écrite

  • L’union sacrée  pour la presse écrite
Publié le , mis à jour
Centre Presse Aveyron

L’efficacité, la puissance et la force sont dans l’unité ". C’est par ces mots que le président de l’Union de la presse en région (Upreg), Jean-Michel Baylet, par ailleurs président-directeur général du groupe La Dépêche, a annoncé la fondation de l’Alliance pour la Presse d’Information générale dont il sera le président pour deux ans.

Forte de 27 000 salariés dont 10 000 journalistes, 25 000 correspondants locaux pour 305 titres de presse, répartis dans 175 entreprises, l’Alliance constitue " un ensemble cohérent, acteur majeur du débat démocratique et du pluralisme des expressions tant au niveau national que régional et local ", a indiqué son nouveau président.

Une urgence

Mais " il a fallu que nous surmontions des années d’affrontement ", a reconnu Jean-Michel Baylet, puisque, depuis les origines de la presse écrite, ses représentations locales, départementales, régionales et nationales n’ont pas toujours fait bon ménage. Dans cette France aux multiples communes et fromages, chacun a souvent misé sur ses particularismes, au risque de proposer aux pouvoirs publics des discours et des stratégies parfois contradictoires. Mais c’était avant l’arrivée des GAFA (Google, Amazon et Facebook), qui utilisent la production des journalistes afin d’alimenter leur flux, et pillent ainsi les contenus, mais aussi les recettes publicitaires. Il y avait donc urgence à s’unir pour faire valoir des droits ce qui fait dire à Jean-Michel Baylet " que le combat qui s’engage face aux GAFA est un combat à la vie, à la mort. Aujourd’hui, ce qui nous rassemble et plus fort que ce qui nous sépare ! "

Forte de la " victoire " arrachée au Parlement européen pour préserver les éditeurs des pillages, l’Alliance a déjà obtenu du premier Ministre Edouard Philippe l’engagement d’une réflexion sur " la notion de filière " pour " envisager un développement économique pérenne des titres ". Cela passe notamment par la transformation du système de distribution des journaux, la réforme du dispositif des annonces judiciaires et légales, les évolutions législatives et réglementaires européennes etc.

" Un bien culturel et démocratique "

Les éditeurs de presse ont donc prévu de collecter leurs problématiques et leurs souhaits afin d’en discuter plus longuement avec le Premier ministre et la ministre de la Culture. " Nous voulons faire un état des lieux de ce que nous représentons et de l’évolution qui est la nôtre, a poursuivi Jean-Michel Baylet, afin de définir de quoi nous avons besoin pour créer un environnement favorable au développement pérenne de tous les titres de presse ". Il cite comme exemple la loi Lang de 1981 qui a sauvé les libraires français en instaurant un prix unique du livre.

Le combat est de la plus faute importance car " la presse est un bien culturel et un bien démocratique " a conclu le nouveau président.

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?