Alexandre Geniez : "Aller dans les coups en deuxième partie de course"

  • Alexandre Geniez (premier  à gauche), avec les Bleus en Autriche, hier.
    Alexandre Geniez (premier à gauche), avec les Bleus en Autriche, hier. NG (Twitter)
Publié le
Centre Presse Aveyron

Le Ruthénois de 30 ans vivra ce dimanche 30 septembre son premier championnat du monde professionnel sous le maillot tricolore. Ce vendredi, le temps était aux reconnaissances d’un circuit de 265 km dans le Tyrol autrichien. à la tactique aussi, sans oublier l’émotion.

Le ton est posé. Comme le calme d’une verdoyante prairie avant une tempête à affronter dans les monts du Tyrol. Le Ruthénois Alexandre Geniez vit des instants hors du temps à l’approche de sa première participation au championnat du monde en ligne, ce dimanche 30 septembre, en Autriche. Au téléphone hier, il dégageait en tout cas une certaine sérénité.

"Tout va bien, les jambes répondent bien", lançait le grimpeur-puncheur de 30 ans, tout juste descendu de sa table de massage en début de soirée. La journée avait notamment permis la reconnaissance d’un circuit de 265 km, qui fait forcément très mal aux jambes, même sur le papier. "C’est délicat d’anticiper, de vraiment savoir comment cela va se passer, éclaire Geniez. On a du mal à cerner où la course va se jouer."

"Délicat d’anticiper"

Le circuit comprend une grosse difficulté à parcourir plusieurs fois donc et la dernière bosse de la journée, proche de l’arrivée, comporte des passages à plus de 20 %. "Il y a à cet endroit un km vraiment très, très dur", explique l’Aveyronnais. Un profil taillé pour qu’un grimpeur décroche le maillot arc-en-ciel attribué au champion du monde, avec plus de 4 500 mètres (!) de dénivelé positif au total.

Julian Alaphilippe, Romain Bardet et Thibaut Pinot sont les leaders désignés par le sélectionneur Cyrille Guimard chez les Bleus. Mais faudra-t-il encore qu’ils soient dans le coup au moment fatidique. "Sur ce genre de course, comme souvent sur un circuit, il ne faudra surtout pas courir à contre-temps, délivre encore le Rouergat alors que les premières discussions tactiques avaient déjà eu lieu au sein de la sélection française mais qu’elles devaient se poursuivre aujourd’hui. Et courir ensemble aussi."

 

L'intégralité de l'article à retrouver dans notre édition du samedi 29 septembre.

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?