Sociéte

Le vent va-t-il tourner en faveur des anti-éoliens ?

  • Les six motions ont été adoptées par les membres du collectif aveyronnais lors de l’assemblée générale de samedi.
    Les six motions ont été adoptées par les membres du collectif aveyronnais lors de l’assemblée générale de samedi.
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages
Militant contre l’implantation de nouvelles éoliennes, les membres de CO 27 XII, pensent avoir trouvé une oreille attentive à la Région Occitanie.

Le vent serait-il en train de tourner en faveur des anti-éoliens du département ? Même s’ils sont encore loin de crier victoire, ces derniers réunis sous la bannière du collectif CO 27 XII Environnement ont toutes les raisons d’espérer. C’est du moins ce qui ressort des conclusions de l’assemblée générale du collectif regroupant les 27 associations anti-éoliennes terrestres du département.

Un collectif qui s’est également rangé sous la bannière de Toutes Nos Énergies – Occitanie environnement (TNE – O E), un organe régional fédérant les principales associations d’opposition. "De nombreuses propositions ont émané du débat public organisé par TNE le 30 mai dernier à Mazamet", rappelle Bruno Ladsous du collectif CO27XII. Pour mémoire, ce jour-là, plus de 350 personnes avaient pris part au débat public sur ce thème. Aussi, lorsque la présidente de Région Occitanie, Carole Delga, a déclaré en juillet dernier : "L’éolien terrestre n’est pas ma priorité", la phrase a fait mouche chez tous les opposants de l’éolien terrestre.

L’alternative Repòsta

D’autant que la présidente Delga avait également mandaté sa vice-présidente Florence Brutus pour discuter, avec TNE, des alternatives possibles. "La réponse à apporter face au développement de l’éolien terrestre sur nos territoires ne peut se résumer qu’à une seule opposition stérile, explique Bruno Ladsous. Il faut apporter des propositions alternatives. Et celles-ci doivent être étayées par des études sérieuses et des chiffres. Cela demande un vrai travail de réflexion", ajoute le représentant du collectif aveyronnais.

Ces réflexions ont débouché sur la réalisation d’un programme environnemental et énergétique complet appelé Repòsta. "L’objectif était d’ouvrir des pistes afin de permettre que la transition énergétique et environnementale se réalise dans le respect des habitants et des territoires. Or, l’éolien industriel s’est avéré, au fil des ans, être une impasse sociale et démocratique, une injure environnementale majeure et un gouffre financier qu’il convient de ne pas aggraver", estime encore le militant aveyronnais regonflé à bloc au retour de la réunion de travail "constructive" qui s’est déroulée mardi dernier à Toulouse avec des techniciens de la Région.

Six motions et un moratoire

Par le biais des collectifs et associations qu’il fédère, TNE demande aux pouvoirs publics un moratoire obligeant à "une évaluation sérieuse" (économique, sociale et environnementale) "de l’impact causé par l’implantation désordonnée et sans contrôle des parcs éoliens". Le collectif demande également à ce que "le respect des zones protégées par des textes (loi Montagne, loi Littoral, PNR, etc.) soit réellement effectif sur le terrain".

Enfin, le retrait du projet de décret Lecornu proposant d’alléger les contraintes légales et réglementaires pour les promoteurs tout en réduisant les possibilités de recours pour les opposants fait aussi partie des demandes émanant du collectif. Des demandes déclinées à travers six motions, débattues et votées au sein de chaque collectif avant d’être envoyées par courrier aux pouvoirs publics.

La priorité : réduire la consommation énergétique

À la Région comme chez les partisans de TNE on s’est déjà accordé sur un point : réduire la consommation énergétique. "Avant de chercher à produire toujours plus d’énergie, il faudrait peut-être commencer par œuvrer pour une vraie politique de réduction de la consommation et du gaspillage énergétique", résume Bruno Ladsous. Une évidence tant il est vrai que de ce côté-là, les marges de manœuvre sont énormes. Reste à les mettre en œuvre par de vraies mesures incitatives.

 

 

Rachid Benarab
Réagir