Environnement

L’homme et le loup perturbent le cerf sur l’Aubrac

  • 250 à 300 cerfs sont recensés sur l’Aubrac.
    250 à 300 cerfs sont recensés sur l’Aubrac.
Publié le / Modifié le S'abonner
L’Office national des Forêts organise un comptage du cervidé ce mercredi. Rendez-vous est donné à Brameloup.

Il y a 60 ans tout juste, le cerf était introduit sur l’Aubrac en provenance de la réserve nationale du château de Chambord. Ce mercredi, l’office national des Forêts (ONF) établit son comptage annuel pour recenser le plus emblématique des cervidés sur l’Aubrac. "Cela fait plus de 35 ans que nous effectuons ce comptage au brame c’est-à-dire à l’oreille qui n’est qu’un indicateur parmi d’autres", prévient Arnaud Trin, responsable ONF, annonçant une fourchette entre 250 et 300 cerfs sur l’Aubrac. Ces derniers s’accroissent de 20 % en moyenne par an mais la régulation se fait suite à la commission Plan de chasse initiée par le préfet. "Le but est de concilier agriculteurs car les cerfs sont à 60 % herbivores, chasseurs et sylviculteurs pour garder l’équilibre entre la forêt et les animaux". Et d’ajouter : "Ce comptage a l’avantage de réunir des personnes de tout horizon, de la chasse, des associations de protection, des élus, membres du parc naturel régional de l’Aubrac et même des scolaires de Javols cette année".

Une cinquantaine de personnes seront ainsi présentes ce mercredi entre Laguiole et Brameloup tandis que la Fédération des chasseurs a effectué un autre comptage vendredi dernier, notant une légère baisse, sur le secteur de Castelnau-de-Mandailles, dans la vallée, où des cervidés se sont installés après un hiver rigoureux.

"C'est Disneyland !"

Pour l’ONF, la présence du loup nuit au cerf en pleine période de brame. "C’est la première fois de ma vie que je vois des cerfs se réfugier vers les boraldes et les villages car ils sont perturbés par le prédateur protégé", révèle Arnaud Trin.

Du côté des chasseurs, si l’on se réjouit du retour de l’attrait de l’Homme pour la nature, cela a pour conséquence néfaste de perturber aussi le cerf. "C’est un vrai souci, c’est Disneyland ! Des personnes qui ont pris part à des sorties accompagnées, reviennent ensuite avec des amis et entrent dans la forêt avec les lampes torches ou frontales."

Il est donc demandé de ne pas entrer dans les bois, de surcroît en cette période de brame du cerf. À noter enfin que des cerfs sont aussi recensés dans le Sud-Aveyron à Arnac-sur-Dourdou, Mélagues ou encore Tauriac-de-Camarès en provenance de l’Hérault et du Gard. "Certains n’ont jamais vu l’Homme, ils sont à l’écart de tout", conclut Arnaud Trin. Gare au loup et à l’homme quand même !

Olivier Courtil
Voir les commentaires
Réagir