Stade Rodez Aveyron

Le SRA veut écrire une nouvelle histoire à Fleurance

  • Du changement dans la continuité
    Du changement dans la continuité PIXROD / PIXROD
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages
Logiquement battu sur son terrain dimanche dernier par Saint-Sulpice-sur-Lèze (21-14), le SRA devra afficher un tout autre visage aujourd’hui (15 h 30), sur la pelouse de Fleurance, promu et lanterne rouge du classement.

Avec sept jours entre la défaite concédée au stade Paul-Lignon, face à Saint-Sulpice-sur-Lèze (21-14), et le déplacement à Fleurance, cet après-midi (15 h 30), le calendrier aura assujetti le SRA à son rythme, avec un enchaînement de deux journées avant trois semaines de coupure, à la continuité de cette saison qu’Arnaud Vercruysse et ses hommes avaient entamée sur certaines bases en matière de jeu mais qu’ils devraient poursuivre sur d’autres, à compter d’aujourd’hui – et au moins de façon temporaire –, à la suite du "non-match" (Vercruysse) réalisé le week-end dernier.

"Après des performances comme celle-là, tu es obligatoirement amené à réfléchir collégialement à ce qui ne fonctionne pas, a indiqué le tacticien stadiste. Si tu fais les mêmes choses, il ne faut pas t’attendre à avoir des résultats différents. Il faut être capable de changer quand tu as un accroc, et celui-là en était un gros, même si ça ne te garantit rien par la suite. Contre Saint-Sulpice, on n’a pas été capables de s’adapter aux conditions climatiques mais on a surtout été complètement hors-sujet dans l’aspect stratégique. C’est pour ça que j’ai dit, après le match, qu’on n’allait pas tout mettre sur le dos des joueurs."

 

 

"Il faut que l’on sorte de notre zone de confort"

Cette semaine, l’entraîneur s’est appuyé sur un travail "d’analyse vidéo, de simulation et de tableau noir", ainsi que sur "pas mal d’échanges" avec son groupe pour tenter de rebondir sur le terrain du promu gersois.

"Est-ce que ça aura été suffisamment digéré pour que l’on fasse les bons choix ?, s’est-il interrogé. En tout cas, il y a eu de très bonnes choses à l’entraînement. Après, chaque match est une nouvelle histoire, chaque match a ses problématiques."

 

L'intégralité de l'article à retrouver dans notre édition du dimanche 14 octobre.

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir