Antibiotiques : vers une utilisation restreinte des quinolones

  • Antibiotiques : vers une utilisation restreinte des quinolones
    Antibiotiques : vers une utilisation restreinte des quinolones
Publié le

Les effets secondaires liés à la prise de quinolones et fluoroquinolones ne sont pas nouveaux. Mais la persistance des signalements effectués auprès de l’Agence européenne des médicaments a conduit l’autorité à recommander une restriction de leur utilisation.

« Les quinolones et les fluoroquinolones sont des antibiotiques administrés par voie systémique ou inhalés, utilisés pour traiter des infections bactériennes au cours desquelles le pronostic vital peut être engagé », rappelle l’Agence nationale de Sécurité du Médicament (ANSM). « Des effets indésirables durables, handicapants et potentiellement irréversibles touchant principalement les muscles, les articulations et le système nerveux ont été déclarés. »

En 2016, l’agence américaine des médicaments, la Food and Drug administration (FDA), a décidé une restriction de l’utilisation de ces produits dans les infections moins sévères comme les sinusites aiguës, les bronchites aiguës et les infections urinaires non compliquées. Une approche similaire a été suivie par Santé Canada.

En dernier recours

Il aura fallu attendre 2017 pour que l’Europe se saisisse du dossier. Ainsi l’Allemagne a réclamé au Comité pour l’Evaluation des Risques en matière de Pharmacovigilance (PRAC) de l’Agence européenne des médicaments « d’émettre une recommandation relative à l’autorisation de mise sur le marché de ces produits ».

Le PRAC vient ainsi de conclure à l’existence d’un risque d’effets indésirables durables, handicapants et potentiellement irréversibles. Il recommande en outre « une restriction des indications afin que les quinolones et les fluoroquinolones soient réservés aux infections pour lesquelles l’utilisation d’un antibiotique est indispensable et où d’autres antibiotiques ne peuvent pas être utilisés. »

Il appelle enfin « les professionnels de santé à prévenir leurs patients qu’ils doivent arrêter le traitement dès l’apparition de symptômes au niveau des muscles, des articulations et du système nerveux. »

Destination Santé
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?