Football - Florian David : "J’ai la chance d’être bien entouré par mes coéquipiers"

  • David : "J’ai la chance d’être bien entouré par mes coéquipiers"
    David : "J’ai la chance d’être bien entouré par mes coéquipiers" Philippe Le Brech. / Philippe Le Brech.
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Avec deux buts et un travail important pour le collectif, l’attaquant Florian David a été l’un des principaux artisans de la victoire de Rodez à Tours, vendredi soir.

Quelles ont été les consignes de Laurent Peyrelade pour ce match ?

Il nous avait demandé à nous, les attaquants, de bien rester en place, de ne pas nous couper du bloc, de faire les efforts défensifs et après, de bien exploiter les coups qu’il y aurait à jouer. C’est ce que l’on a fait et personnellement, j’ai été récompensé par ces deux buts, après avoir été bien servi par mes coéquipiers. Je suis vraiment satisfait de la performance du groupe et du fait que l’on conserve notre invincibilité. C’est de bon augure pour la suite.

À titre individuel, c’était votre reprise en championnat (1), après votre suspension de cinq matches consécutive à votre expulsion à Chambly, lors de la cinquième journée. Comment avez-vous vécu cette longue période sans compétition ?

Ç’a été difficile mentalement. J’avais fait une grosse erreur à Chambly mais je n’ai pas arrêté de travailler. Je ne me suis pas coupé du groupe, j’ai vécu les victoires avec lui et j’ai été réintégré très facilement le week-end dernier, en Coupe. Tout le monde m’a mis à l’aise et ç’a payé contre Blagnac, avec un but, et ce soir (vendredi, NDLR), avec ce doublé.

Qu’avez-vous appris de cette suspension ?

J’ai mûri, j’ai pris du plomb dans la tête. J’ai la chance d’être bien entouré par mes coéquipiers et par le staff, ce qui est très important pour continuer à travailler et rester concentré sur les objectifs du club.

Aviez-vous un peu de pression face à Tours ?

Non, aucune pression, mais beaucoup d’envie, d’enthousiasme. J’avais à cœur de faire une bonne prestation car réintégrer un groupe qui vit bien n’est pas toujours facile. Je me suis senti à l’aise et je suis vraiment très content de cette victoire.

N’est-ce pas paradoxal de dire que ça n’a pas été facile alors que l’on a l’habitude d’entendre qu’il est plus aisé de réintégrer une équipe quand elle traverse une bonne période ?

Ce que je veux dire, c’est que ce n’est pas facile car les places sont chères. Le coach m’a fait confiance cette fois, en m’alignant devant, et je pense avoir répondu présent en marquant ces deux buts.

Sur le plan collectif, que retenez-vous de la très bonne période actuelle de l’équipe ?

Il faut que l’on fasse preuve de constance, que l’on continue à faire les efforts les uns pour les autres et que l’on garde l’état d’esprit et la confiance que l’on peut avoir actuellement, sans tomber dans l’excès. Si on y arrive, on pourra faire de grandes choses par la suite.

Vous allez retrouver la Coupe de France le week-end prochain, face à Druelle, pour un derby. Est-il simple de passer d’une compétition à l’autre alors que les contextes sont différents ?

Oui, ce n’est pas un problème. Cette saison, on a pour objectif de jouer sur les deux tableaux. Il ne faut pas négliger les adversaires, que ce soit en Coupe ou en championnat, et continuer à travailler pour réussir à bien passer d’une compétition à l’autre.

(1) : il était titulaire en Coupe de France à Blagnac.

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir