Les filles du Raf feront-elles mentir les statistiques ?

  • La bataille s’annonce rude pour les Aveyronnaises.
    La bataille s’annonce rude pour les Aveyronnaises. JLB
Publié le

Alors que les Ruthénoises se rendent à Dijon cet après-midi (14 h 30), leur bilan jusque-là ne laisse pas beaucoup d’espoirs quant à un maintien en fin de saison. Parviendront-elles à faire mentir les statistiques ?

Le chiffre fait mal : un seul petit point, c’est le pire départ pour les filles du Raf depuis leur arrivée en Division 1 lors de la saison 2010-2011. Neuf exercices donc, qui ont vu quelques équipes traîner en bas de tableau avec un seul ou même aucun point à se mettre sous la dent.

Metz (2016-2017), Nîmes (2015-2016), Issy (2012-2013) et Fleury, la saison dernière, sont les quatre bonnets d’âne à cumuler sept défaites en autant de levées. Le bilan est terrible : la relégation a été inévitable en fin de saison pour 75 % d’entre eux.

Six clubs sur sept relégués, Fleury l’exemple à suivre

Seul Fleury, qui avait donc raté totalement son départ mais aussi vécu une fin de saison de feu, était parvenu à s’en sortir et à terminer à la huitième place. Muret (2013-2014), Toulouse (2012-2013) et Hénin-Beaumont (2011-2012), ont été, eux, dans le même cas que les Rafettes avec un seul point empoché pour le même nombre de rencontres. Là, le résultat ne laisse aucun doute : relégation pour tout le monde !

Au total donc, sur sept équipes faisant aussi mal ou pire que les Ruthénoises aujourd’hui, six ont été contraintes de descendre en D2 depuis la saison 2010-2011, soit seulement 14 % de chances de se maintenir*.

Mais Sabrina Viguier veut de son côté garder espoir. La série en cours de trois matches pour autant d’équipes "prenables", ouverte la semaine dernière face à Fleury avec un score vierge et la première unité de la saison, doit amener des points afin de ne pas laisser Lille partir trop loin devant.

La deuxième étape, un déplacement à Dijon aujourd’hui (14 h 30) doit offrir désormais une première victoire pour recoller au milieu de tableau. "Le résultat face à Fleury est positif, c’est une très bonne équipe. On a eu beaucoup d’occasions en fin de match. Une barre ou des tirs mal gérés nous ont empêchés de gagner ce match pourtant, alors on se contente de notre premier point", confiait cette semaine l’entraîneur ruthénoise. La même qui imagine le duel de cet après-midi comme "une rencontre face à une équipe costaude et qui a fait un bon match contre le PSG, mais il y aura toujours des failles à exploiter." Des failles qu’il faudra exploiter coûte que coûte pour une équipe qui n’a, de plus, pas marqué depuis maintenant cinq matches…

* Chiffres harmonisés avec un système de comptage des points 3,1,0. Également, durant la période, le nombre d’équipes reléguées est passé de trois à deux.

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?