La région promet 75 M€ pour une alimentation durable

  • La région met 75 M€  pour une alimentation durable
    La région met 75 M€ pour une alimentation durable
  • La région met 75 M€  pour une alimentation durable
    La région met 75 M€ pour une alimentation durable
Publié le

La région Occitanie lance une consultation citoyenne sur la consommation et les habitudes alimentaires, jusqu’au 15 novembre. C’est l’occasion pour les citoyens d’influencer le futur pacte alimentaire qui sera scellé en décembre. La région promet 75 M€ et l’Europe 440 M€ pour ce projet.

Que voulons-nous demain dans nos assiettes ? Quelle agriculture et quels modes de production souhaitons-nous ? Comment garantir des salaires justes et décents aux agriculteurs de la région Occitanie ? Comment aider les filières et circuits courts, la production bio, tout en faisant en sorte qu’elle reste accessible à tous les budgets ?

Pour répondre à ces questions (et bien d’autres), la région Occitanie a lancé jusqu’au 15 novembre une grande consultation citoyenne. Les résultats, connus en début d’année, serviront de base pour sceller "le futur pacte régional pour une alimentation durable en occitanie", promet Carole Delga, présidente de la région Occitanie Pyrénées-Méditerranée.

Secteur essentiel de l’économie régionale

Pour la concrétisation de ce futur pacte, la région a mis 75 M€ sur la table (auxquels il faut rajouter 440 M€ de crédits européens). Les six millions d’habitants de la région sont donc invités à participer à ce questionnaire (qui succède à trois autres enquêtes).

La dernière grande concertation citoyenne sur la consommation (et les habitudes alimentaires) a vu une participation de 55 000 habitants d’Occitanie. Elle a permis de dégager quatre champs d’action afin de soutenir l’alimentation durable. S’appuyant sur cette dernière enquête, l’étude actuelle permettra, quant à elle, la priorisation de la politique régionale par items arrivant en tête.

"En plus d’apporter le bien-être à nos concitoyens par cette politique, c’est aussi un gros secteur économique", souligne Monique Herment-Bultel, conseillère régionale. Et Stéphane Berard de donner des chiffres pour appuyer sa collègue socialiste. "L’alimentation est un secteur essentiel de l’économie régionale. Avec 164 000 emplois, 82 515 exploitations, le secteur agricole et agroalimentaire est de fait le premier employeur d’Occitanie devant le tourisme et l’aéronautique", dit-il.

Un budget en hausse de 30 %

Par ailleurs, la région est "la première en surface bio", "la première en vignoble bio sous l’appellation au monde", "le premier rucher de France et la première région européenne en nombre de productions sous signes officiels et la deuxième région agricole de France pour le nombre d’exploitation", insistent les deux élus, rejoints par Jean-Sébastien Orcibal, également conseiller régional et municipal à Villefranche-de-Rouergue.

Pour faire évoluer ce secteur à la fois industriel et économique, la région a augmenté de 30 % son budget dédié à l’agriculture et à l’agroalimentaire depuis 2016.

Depuis, la région a aussi lancé différents plans comme le plan Bi’o, le plan de valorisation des produits de qualité et de proximité dans les restaurants des lycées, ainsi que de nouveaux outils d’accompagnement pour le secteur agroalimentaire et viticole.

La consultation citoyenne, en cours, une fois dépouillée, débouchera donc sur des décisions concrètes. Le plan alimentaire sera officiellement adopté par la région, en décembre prochain, lors d’une session plénière.

Calendrier des consultations

Les élus de la région iront à la rencontre des citoyens sur les marchés. Stéphane Berard et ses collègues ont organisé une rencontre à Capdenac-Gare et à Decazeville. À Villefranche, la consultation aura lieu le 8 novembre.

À Rodez, c’est une rencontre itinérante qui aura lieu avec les commerces de bouche, dans le centre-ville. En dehors de ces rencontres "physiques", les volontaires peuvent aussi participer à la consultation, en ligne en se connectant sur le site laregion.fr/alimentation, ou en remplissant directement le questionnaire (disponible à l’intérieur du magazine de la région, dans les Maisons de région, sur les marchés, zones commerciales et les gares). Une enveloppe pré-affranchie, avec l’adresse de la région, est à disposition avec le questionnaire.

Salima Ouirni
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?