"Village Green Preservation Society", histoire d'un Kinks culte

  • Ray Davies des Kinks
    Ray Davies des Kinks RAFA RIVAS / AFP
Publié le

(AFP) - "Il est de ces albums qui défient le temps": Dave Davies, guitariste des légendaires Kinks raconte à l'AFP l'histoire du "Village Green Preservation Society", merveille pop, empreinte de nostalgie, écolo avant l'heure, mais incomprise à sa sortie il y a 50 ans.

Quand les Kinks, emmenés par leur leader Ray Davies (chant, guitare) et son frère Dave, s'attellent à leur sixième opus, ils sont surtout considérés comme un groupe de singles. "You Really Got Me" (1964), "Sunny Afternoon" (1966), "Waterloo Sunset" (1967) font leur réputation.

Mais pour les Davies, Pete Quaife (basse) et Mick Avory (batterie) il est temps que les Kinks soient enfin pris au sérieux sur la durée d'un album qu'ils envisagent double, avec pour titre "Four More Well-Respected Men" en réponse au succès de leur single "A Well-Respected Man".

Tiraillé entre deux labels, le groupe doit cependant faire avec un budget limité. En découle un album simple, au titre quelque peu désuet "The Kinks are the Village Green Preservation Society" qui suscite l'incompréhension.

"On a fait un album concept qui aurait même pu devenir un roman avec tous ces personnages qui le composent, plus ou moins inspirés de gens avec lesquels nous avons grandi", décrit Dave Davies, 71 ans.

"Il y a différents niveaux de lecture, beaucoup d'humour aussi mais peu l'ont perçu. Et aussi pas mal d'éléments mystiques", poursuit-il.

Au fil des chansons, on fait la rencontre d'un biker nommé Johnny Thunder, d'une sorcière maléfique "Wicked Annabella" et d'un chat volant.

Ray Davies aborde aussi des thèmes peu en vogue pour l'époque rock révoltée: la perte de l'innocence, la nostalgie d'une Angleterre des patelins, les moments suspendus dans un cadre bucolique...

Ce faisant, les Kinks ne versent pas vraiment dans le "flower power" et ne chroniquent plus le "Swinging London". A contre-courant, ils peinent à toucher la jeunesse face à la "Revolution" des Beatles, face aux Rolling Stones qui sympathisent avec le diable, face aux "Forever Changes" de Love. Et ce alors que les Who hurlent depuis 1965 déjà "I hope I die before I get old" dans "My Generation".

- Nouvel album en vue ? -
Inspirés par Muswell Hill, le quartier verdoyant de leur enfance dans le nord de Londres, les frères Davies préfèrent défendre l'esprit de cottage face aux bouleversements de la société et l'uniformisation à venir.

"Dans les années 50 et 60, on n'a pas vraiment accordé d'attention à l'architecture qui gagnait. Beaucoup de bâtiments dénués de beauté entachaient le paysage. Les bâtiments ne doivent pas être seulement pratiques, ils doivent aussi favoriser le bien-être. Notre environnement nous affecte. Vivre dans un endroit froid et sans âme nuit aux êtres humains", affirme Dave Davies.

"Et puis la tendance c'était: +tout ce qui est vieux, jetez-le! Nous voulons de nouvelles idées révolutionnaires!+ Mais nous avons toujours besoin de nous appuyer sur le passé. Il nous aide à préparer l'avenir", plaide-t-il. "C'était ce que nous avions voulu exprimer sur +Village Green Preservation Society+. Et j'observe que plus tard dans les années 80-90, les gens ont commencé à se pencher sur le recyclage par exemple."

Les Kinks, premier groupe écolo? Qui sait... "Ce qui est sûr, en revanche, c'est que notre démarche consistait en une célébration de la communauté", explique Dave Davies. "Nous voulions être ensemble comme en famille. Après la Seconde guerre mondiale, à Londres, les gens apprenaient à mieux travailler ensemble. Ce sentiment a traversé notre musique."

Ce disque, le préféré de ses concepteurs, fut pourtant un échec commercial. Mais les années leur ont donné raison, puisque l'album est devenu culte.

Sa réédition vendredi en plusieurs versions (doubles CDs, vinyles, coffret deluxe) a même convaincu les Davies, fratrie bagarreuse bien avant les Gallagher d'Oasis, de se rabibocher.

"Nous nous entendons bien en ce moment, confie Dave. On a écrit quelques chansons ensemble en studio, Ray a ressorti quelques archives... Ça pourrait peut-être faire un nouvel album."

Relaxnews
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?