Decazeville, la preuve par trois ?

  • Les Decazevillois ont montré de belles choses en touche, dimanche.
    Les Decazevillois ont montré de belles choses en touche, dimanche. Sébastien Murat
Publié le

Decazeville a-t-il entrepris le chemin vers un retour en grâce ? La réponse ne tardera pas à s’annoncer à l’issue d’un bloc de trois rencontres pour le moins déterminant. Ainsi après Nègrepelisse, dimanche (succès 41-22, le premier de la saison), le SCD va enchaîner un derby à Lévezou dans quinze jours et la réception, par deux fois consécutivement, de Malemort (le 18 novembre) et Millau (le 25 novembre).

Autant de matches, autant de points, que les coaches decazevillois, Fabrice Landes et Cyril Petit ont dans l’idée de voir tomber dans l’escarcelle du club decazevillois. "C’est une bonne phase pour nous si l’on parvient à enchaîner par des victoires sur nos adversaires directs", lançait un Cyril Petit, satisfait du résultat dominical.

Les "gros" ont amené un plus

Une satisfaction due également à l’obtention du point de bonus offensif. Un petit point qui en dit long sur la volonté bleue et blanche, dimanche dernier, de faire le travail et surtout de se mettre à l’abri d’un retour au score de son adversaire. Les coéquipiers de Germain Portero ont "fait le job", mais n’ont pas encore, et c’est naturel, trouvé la bonne carburation.

Beaucoup de fautes viennent ternir la feuille match et les lancements de jeu sont plus ou moins hésitants. Ceci dit, sans pour autant avoir retrouvé toute son agressivité, le Sporting a montré d’intéressantes choses, notamment par l’allant de son huit de devant. Avec un Mel De March, au top de sa forme et auteur de quatre essais, les "gros" ont apporté un volume de jeu supplémentaire qui manquait au Sporting depuis le début de saison.

Un secteur de jeu où les entraîneurs devront insister durant ces quinze jours qui les rapprochent d’une échéance presque tout aussi importante que celle de Nègrepelisse. Pour le Sporting, le plus dur reste à faire en tentant de confirmer son excellent résultat dans les semaines à venir. Il ne faut pas se voiler la face après un tel succès. Decazeville est toujours en convalescence ; mais le malade donne des signes de rémission. Lévezou est prévenu !

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?