Arvieu

Arvieu : un "Jardin" pour cultiver un tiers lieu grandeur nature

  • Le « Jardin » se compose de plusieurs services.
    Le « Jardin » se compose de plusieurs services. Illustration DR - Illustration DR
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages
Les habitants et les élus ont travaillé ensemble pour développer la commune.

Est-ce que l’on doit rester à Arvieu ?" Cette question, finalement, a eu le mérite de donner un second souffle à ce bourg de 800 âmes. Les responsables de Laëtis création média se sont ainsi penchés sur leur avenir au sein du Lévezou. Mais, dans le sillage du cofondateur et gérant, Vincent Benoit, par ailleurs conseiller municipal, élus et villageois se sont engouffrés dans un projet participatif au sens large du terme. Histoire de mettre en œuvre, tout simplement, le "Jardin" d’Arvieu, "un petit lieu pour de grandes choses".

Installée dans le bourg depuis 1998, la société – elle rayonne sur le plan national comme créatrice de site internet – compte aujourd’hui dix-huit salariés. "Pouvait-on continuer ainsi ? Je suis attaché à ce territoire rural mais fallait-il encore proposer quelque chose afin de donner envie aux gens de venir, à la fois, travailler et vivre ici, explique Vincent Benoit. On parle d’attractivité, d’accord. Comment cela se traduit sur le terrain ?" Tout bonnement par le biais d’une "démocratie participative". En 2014, cent habitants ont adhéré à ce projet. "Qui sont les experts de l’usage ? Les usagers ! Nous avons travaillé sur des problèmes concrets. L’interaction a été parfaite entre jeunes et anciens ; cela fait partie, ni plus ni moins, que de la vie d’un village. Et c’est surtout un espoir pour plein de gens."

Cité numérique et culturelle

En ligne de mire : "Arvieu 2020, une commune attractive, innovante et conviviale". Mais, pour cela, il faut bien entendu des moyens. En novembre 2016, deux personnes ont été embauchées, à mi-temps, afin "d’animer la démarche accueil et de s’occuper des candidats à l’installation, d’apporter un support logistique et en technique d’animation aux dix conseils villageois et de modéliser la démarche pour la transmettre à d’autres". Et, comme terrain de vie, rien de mieux que l’espace et les bâtiments articulés autour de l’ancien couvent où Laëtis est installé. "Ce sera une cité numérique et culturelle au cœur du village. Toutes les structures seront en réseau et, pour certaines, ce sera modulable."

Actuellement, les travaux sont donc en cours au sein de l’ancien couvent (livraison au printemps 2019) pour y accueillir des bureaux de coworking, une pépinière d’entreprises, les Loco-Motivés (déjà présents avant le lancement du chantier), mais également à la salle des tilleuls qui fera office de cinéma et de salle multifonctions (spectacles, séminaires…).

Dans ce tiers lieu grandeur nature, rien n’a donc été oublié : un Cantou (cyberbase, médiathèque, maison de services pour petits et grands…), un jardin pour les enfants (garderie, ateliers…)… L’ensemble financé à la fois par le privé (Laëtis) et le public (Département, communauté de communes Lévézou-Pareloup et mairie d’Arvieu), et aidé par des subventions, notamment dans le cadre de la création d’une zone d’activités numériques, une des premières en France. "Si on élargit un peu ce tiers lieu, ce serait le village…", conclut Vincent Benoit.

 

Réagir