Faits divers

Veau attaqué à Coubisou : est-ce l'oeuvre du lynx ?

  • Veau attaqué à Coubisou : est-ce l'oeuvre du lynx ?
  • Veau attaqué à Coubisou : est-ce l'oeuvre du lynx ?
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages
L'animal a été pris en photo par un éleveur du secteur. De son côté, l'ONCFS attribue l'attaque à un autre prédateur.

Fait rare dans les attaques dont peuvent être victimes les troupeaux aveyronnais : loups et chiens errants ont été mis hors de cause dans cette attaque à l’issue de laquelle un veau de trois jours a dû être euthanasié, Et de la manière la plus officielle qui soit, puisque c’est l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) qui l’a affirmé, par courrier, au propriétaire de l’animal.

Trois vaches pour protéger le veau

« Cela s’est passé le 14 septembre, relate Guillaume Méalet, agriculteur au lieu-dit Lacaze, à Coubisou. Je me suis rendu un matin, vers 7 heures, sur une parcelle située à 300 mètres du bâtiment et j’ai trouvé les vaches apeurées. Trois d’entre elles avaient sauté la clôture électrique et entouraient un veau, complètement paniquées ».

Le veau, un croisé blanc-bleu-belge, était toujours vivant et semblait avoir été « mangé » sur tout le haut d’une cuisse. Les vaches ayant essayé de le charger, Guillaume Méalet va chercher l’aide d’un voisin et de son fils pour rapatrier le veau avant d’appeler un vétérinaire pour euthanasier l’animal.

« Le vétérinaire n’a constaté aucune trace de morsure à la gorge ou à l’estomac », reprend l’agriculteur, ce qui éveillera les soupçons des deux hommes puisque ces endroits sont attaqués prioritairement par les canidés. « Nous avons donc décidé de le tondre et constaté d’importantes traces de griffures, longues de 5 cm, sur le dos, les épaules et le long des cuisses du veau. Nous en avons conclu qu’il ne pouvait pas s’agir d’une attaque imputable à un loup ou à un chien », explique-t-il.

Les services de l’ONCFS, dépêchés sur place, ont procédé à des prélèvements d’ADN et réalisé des photos avant, dans un courrier datant du 10 octobre, d’écarter à son tour loups ou chiens de la liste des suspects. Le lynx est lui aussi écarté par l’ONCFS, qui attribue la paternité des griffures à « un autre prédateur » qui aurait attaqué le veau alors qu’il était « fortement affaibli »… mais pourtant protégé par trois vaches.

L’animal photographié, l’ONCFS de retour

« Quand j’ai vu le veau, j’étais hors de moi, confie l’agriculteur. On élève pas des bêtes pour qu’elles se fassent bouffer par des prédateurs », se souvient Guillaume Méalet.

Lundi 5 novembre, rebondissement dans cette affaire puisqu’un voisin de l’éleveur réussit à prendre une photo d’un lynx au lieu-dit Le Rebinzou, toujours sur la commune de Coubisou. L’ONCFS revient donc sur les lieux pour prélever des poils de l’animal, laissés sur un arbuste… « et maintenant, on attend la suite », conclut Guillaume Méalet.

Les lynxs sont-ils pour autant légion sur l’Aubrac ? « J’ai seulement entendu dire que certains villageois en auraient aperçu », tempère l’agriculteur, pour qui il ne fait cependant guère de doute que c’est bien un lynx qui a attaqué son veau.

 

Réagir