Culture et Loisirs

La guerre de Louis et Félix Gabriac…

  • Une partie de l’exposition.
    Une partie de l’exposition.
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

Claude Lanzman, réalisateur entre autres de "Shoah" et " Le chagrin et de la pitié", disparu dernièrement, expliquait que "l’histoire n’est jamais le seul fait du témoin ou de l’historien, pour bien la comprendre il faut y mettre la chaire des vivants." C’est ainsi que samedi soir, à la salle des fêtes de Campuac, dans le cadre du mois du centenaire de l’armistice de 1918, la bibliothèque Livres en liberté a organisé une soirée qui n’aurait pu avoir lieu sans la participation active de nombreux habitants. Comme le rappelait Jacky Mazars en commentant son montage audiovisuel, c’est l’occasion rêvée pour parler de ce fléau qui toucha si profondément nos campagnes. L’originalité de cette présentation, qui retrace les principales batailles de la Grande Guerre (Marne, Somme, Verdun, Chemin des Dames, Belgique, Aisne) consiste dans le fait qu’elle s’appuie sur les cahiers de guerre de deux habitants du village de Nacoulorgues, les frères Louis et Félix Gabriac. En suivant l’itinéraire de guerre narré par ces carnets, M. Mazard relate le chemin de l’horreur et nous permet, de façon vivante, de mieux comprendre le quotidien des soldats, d’autant que quelques textes des frères ont pu, au cours de la soirée, être incarnés par des lecteurs. C’est donc tout un pan d’émotions vécues, en vrai, dans les tranchées qui ont pu ainsi être révélées. Le silence, la concentration et l’écoute des nombreux participants prouvent, s’il le fallait encore, la dureté et l’horreur des propos qui tentent de décrire l’innommable. Pour compléter la soirée, la bibliothèque en faisant appel à la "Mobilisation générale" des habitants a pu installer, à partir de nombreux objets précieux pour les familles qui en sont dépositaires, cette remarquable exposition. L’équipe de Livres en liberté tient à remercier ici l’ensemble des habitants qui se sont ainsi formidablement mobilisés (l’expo reste installée jusqu’à la fin du mois à la bibliothèque).

Un si petit village voulait par cette action souligner l’effort magistral des poilus et le lourd tribu payé : 7 % des habitants de Campuac, moyenne nationale 3,5 %, sont montés au front. 49 d’entre eux ne sont pas rentrés

Enfin, le 24 novembre, à 20 h 30, Le collier rouge, un film de Jean Becker sera présenté à la salle des fêtes de Campuac.

L'immobilier à Campuac

224 €

CAMPUAC : appartement situé au coeur du village et comprenant hall d'entrée[...]

96000 €

Ensemble immobilier en pierres composé d'une maison d'habitation à rénover [...]

Toutes les annonces immobilières de Campuac
Réagir