Culture

Les médiathèques aident à gommer le handicap

  • Lors de la signature de la certification entre Decazeville communauté, l’Adapei et l’Unapei.
    Lors de la signature de la certification entre Decazeville communauté, l’Adapei et l’Unapei.
  • Avec cette convention, les médiathèques rendent la culture accessible à tous.
    Avec cette convention, les médiathèques rendent la culture accessible à tous.
Publié le / Modifié le S'abonner

Les personnes en situation de handicap mental, mais aussi celles qui ont des difficultés de lecture, de compréhension ou de communication seront mieux accueillies au sein du réseau de médiathèques du Bassin où une quinzaine de membres du personnel viennent de bénéficier d’une formation adaptée.

Une certification officialisée par la signature d’une convention entre l’Unapei (Association de défense des intérêts des personnes handicapées et de leurs familles), représentée par Noël Ailloud, responsable régional ; l’Adapei (Association départementale de parents et amis de personnes handicapées mentales), représentée par Marc Gosselin et Raymonde Rouquette, président de cette structure en Aveyron et déléguée aux formations, et Decazeville communauté qui avait dépêché André Martinez, le président, et Roland Joffre, vice-président en charge de la culture.

La culture pour tous

Une action vouée à rendre la culture accessible à tous, "les handicapés mentaux, les personnes vieillissantes et même les étrangers ne doivent pas être mis de côté sous prétexte de déficiences intellectuelles, ils ont besoin d’être entourés et compris par un accompagnement humain adapté à la situation de ces publics", expliquaient les signataires de la convention.

La formation dispensée aux personnels du réseau de médiathèques par Raymonde Rouquette s’inscrit dans cette démarche, "le pictogramme S3A floqué aux couleurs de notre association a toute sa place dans les médiathèques, il permet aux handicapés mentaux de se sentir rassurés puis de se repérer dans des lieux qui leur offriront des prestations en tous points adaptées à leurs attentes, car eux aussi ont droit à la culture".

Dans la foulée, les associations de défense du handicap reprendront leurs bâtons de pèlerins pour étendre cette initiative à d’autres collectivités.

Réagir