Le Creusot voit la lumière jaillir de l’exposition Soulages

Abonnés
  • Soulages offre une nouvelle ouverture culturelle à la passionnante ville du Creusot.
    Soulages offre une nouvelle ouverture culturelle à la passionnante ville du Creusot.
Publié le

Le Creusot. Pour décrire rapidement cette ville à un Aveyronnais qui ne la connaît pas, on pourrait lui dire c’est Decazeville, mais de la taille de Rodez. Cette ville de Saône-et-Loire, d’un peu plus de 22 000 habitants, située à six heures de route environ de Rodez, est marquée par son riche passé industriel. L’immense marteau-pilon érigé à l’entrée de la ville, comme Decazeville et son passé minier qui a érigé un superbe chevalement, en est un beau symbole.

Ainsi mis en valeur, il témoigne non seulement de la fierté de son histoire mais aussi de sa volonté d’entrer dans une véritable ère touristique. À ce titre, l’exposition à l’Arc-scène nationale consacrée à Pierre Soulages, dont la richesse paraît à peine croyable dans cette petite ville, en est également une belle preuve. "Il y aura un avant et un après cette exposition" s’est même enthousiasmé David Marti, le maire du Creusot, lors du vernissage.

"Cette exposition est née de deux envies, explique Laura Goedert, commissaire de cette exposition. Rendre hommage à un jalon de la création universelle et poursuivre la volonté de décloisonner la culture et l’industrie". Néanmoins, ce rendez-vous proposé avec Soulages trouve son origine dans le passé industriel du Creusot. Quatre des œuvres exposées, qui ont donné l’impulsion à cette exposition, sont issues du groupe Schneider Electric, véritable fleuron de l’essor creusotin.

"Des œuvres pas accessibles jusqu’alors et rarement exposées peuvent ainsi être présentées au public", se réjouit Laura Goedert. Le musée a ainsi fait appel à de grands groupes économiques ou des institutions pour compléter cette exposition. Ce qui en fait, avec des œuvres prêtées par le musée Soulages, la fondation Orange, ou encore la présidente de la Région Occitanie Carole Delga, une exposition inédite.

Pour poursuivre cette découverte, le visiteur est également invité à se rendre au château de la Verrerie, anciennement la manufacture de Cristaux de la Reine Marie-Antoinette, situé à cinq minutes à pied. Là, dans unes des salles de ce château qui, en 1837, est devenu la résidence des maîtres des Forges, Schneider, y sont dévoilées des photos de Vincent Cunillère, qui suit Pierre et Colette Soulages depuis les années 1990. Ainsi que des reproductions des vitraux de Conques à l’échelle. "Où l’on peut y vivre des moments étonnants avec cette lumière qui change au travers ces vitraux", glisse Laura Goedert.

Cette exposition est un "joli coup pour le Creusot" comme l’a souligné un titre de la presse parisienne. Et le succès ne s’est pas fait attendre, dans cette ville qui a aussi vu naître Christian Poète, formidable écrivain poète, et ami de Pierre Soulages. Un peu plus de 2000 scolaires et plus de 5 000 visiteurs ont franchi les portes du musée en quelques semaines. L’Arc-scène nationale se fait ainsi remarquer dans le landerneau de la culture.

" Ce projet est la concrétisation de l’histoire de la ville qui désire proposer un accueil chaleureux à l’œuvre d’un artiste exceptionnel ", commente le maire David Marti, qui mise sur de nouvelles expositions d’ampleur pour faire jaillir la lumière du Creusot. En attendant, dans cette ville, on savoure.

Du mardi au dimanche jusqu’au 21 décembre à L’Arc au Creusot (Saône-et-Loire). Du mardi au vendredi de 14 heures à 18 heures et de 10 heures à 18 heures les week-ends et jours fériés. Tarif : 5 €. Visites commentées les 25 novembre et 2 décembre sur réservation.

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

110000 €

A vendre proche du centre ville de Rodez, appartement de type 3 avec cave e[...]

320 €

APPARTEMENT SITUE AU REZ DE CHAUSSE, COMPOSE D'UNE PIECE PRINCIPALE AVEC CU[...]

409 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D AGENCE- T2 en coeur de ville. Entré[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir