Rodez accroche le bon wagon après avoir bien failli dérailler

Abonnés
  • L’arbitre Pierre-Olivier Julien accorde l’essai à Benoît André (84e). Les Ruthénois et tout le stade Paul-Lignon peuvent laisser éclater leur joie.
    L’arbitre Pierre-Olivier Julien accorde l’essai à Benoît André (84e). Les Ruthénois et tout le stade Paul-Lignon peuvent laisser éclater leur joie. JAT / JAT
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Rodez a bien failli se brûler les ailes contre Céret (34-28) mais, grâce, notamment, à deux essais de ses centres et un exploit de Benoît André tout au bout des arrêts de jeu,le SRA a fini par s’imposer et s’accroche au bon wagon.

Après une belle démonstration au stade Paul-Lignon contre Graulhet (51-14) et après être passé à côté de son sujet une semaine plus tard à Narbonne (43-7), face à un adversaire qui, il est vrai, était dos au mur, Rodez retrouvait dimanche son herbe et son public avec beaucoup de choses à se faire pardonner. Sportivement, les Ruthénois n’avaient pas d’autre alternative que la victoire contre les Catalans de Céret qu’ils avaient dans les rétroviseurs et qui comptaient un match en moins. La défaite était interdite ! 
Ne laissant aucun doute sur leur motivation, Mathieu Roca et ses partenaires ont pris cette rencontre par le bon bout et, surtout, à bras le corps. Tant et si bien que Nicolas Tachat a inscrit un essai dès la 3e minute. Mais voilà, évoluant sur courant alternatif, les sang et or ont fini par tendre le ballon pour se faire battre. Largement en tête à la 55e (27-11), encore devant à la 74e (27-25), ils ont été doublés à la 80e (27-28), avant d’arracher la victoire à la 84e (34-28). Un précieux succès, le troisième de la saison, qui les maintient en vie et qui leur permet de rester au contact des équipes de moitié de tableau.

A Aubenas le 2 décembre

Au repos le week-end prochain, les Ruthénois iront à Aubenas le 2 décembre avec, selon les propres termes du talonneur Benoît André, « une petite idée derrière la tête » pour le compte de la dernière journée de la phase aller. Ils enchaîneront avec la première du cycle retour le dimanche suivant avec un déplacement chez le dauphin Blagnac. Ils ouvriront alors une longue parenthèse pour les fêtes de Noël et seront à pied d’œuvre le 6 janvier pour la réception de Castanet. Un calendrier qui n’est pas du goût de l’entraîneur Arnaud Vercruysse: « Cette trêve n’a vraiment pas de sens. On arrête de jouer le 9 décembre, on a d’ailleurs donné une semaine de vacances aux joueurs du 10 au 17, et il va falloir reprendre l’entraînement dès le lendemain du 1er de l’An avec un match planté là un 6 janvier. Cherchez l’erreur ! ».
 

Rui Dos Santos 
Voir les commentaires
Réagir