Rodez doit tenir le rythme

Abonnés
  • Le Raf misera notamment sur Florian David, en forme et auteur d’un doublé à Luzenac, pour tenter de l’emporter à Boulogne-sur-Mer.
    Le Raf misera notamment sur Florian David, en forme et auteur d’un doublé à Luzenac, pour tenter de l’emporter à Boulogne-sur-Mer. J.-L.B.
Publié le , mis à jour

Deuxième déplacement en cinq jours pour le Raf (après celui à Luzenac, en Coupe de France, dimanche), qui joue à Boulogne-sur-Mer, ce soir (20 h 30), contre un prétendant à la montée en Ligue 2 particulièrement performant à domicile.

Devenir les premiers à faire tomber l’équipe de Boulogne-sur-Mer chez elle, au stade de la Libération, où ses adversaires n’arrivent pas, depuis maintenant un an et deux mois (lire par ailleurs), à trouver la clé : tel est le défi proposé à Laurent Peyrelade et ses hommes ce soir (20 h 30), défi que l’entraîneur du Raf n’a pas hésité à qualifier d’" excitant ", pleinement conscient de tout ce que cela implique. " Pour avoir été invaincu un bon moment à Paul-Lignon (1), je sais ce que ça veut dire ", a-t-il déclaré mardi, en conférence de presse, sans qu’il ait fallu déceler dans ses propos la moindre trace d’appréhension.

"On va là-bas avec des points et je n’ai pas d’inquiétude en matière d’attitude, a-t-il insisté. On travaille bien, l’équipe tourne bien, et même si on n’a pas pris de points contre Quevilly (défaite 1-0 à domicile lors de la dernière journée, NDLR), parce que cet adversaire a été plus en réussite que nous, j’ai trouvé que ce que l’on avait fait était cohérent. On était dans le match, dans la lignée de ceux face à Tours et Concarneau (victoire 2-0 et résultat nul 1-1, les deux fois à l’extérieur, lors des deux journées précédentes)."

"Poker menteur"

Au-delà de ce défi ponctuel, les Ruthénois vont commencer à en relever un autre, qui devrait les tenir en haleine jusqu’à la trêve hivernale : bien négocier cette dernière partie de la première moitié de saison, qui les verra disputer cinq rencontres (quatre en championnat et une en Coupe de France) et donnera des indications quant à leur marge de manœuvre, notamment en matière d’adaptation aux impondérables tels que les blessures de certains joueurs (lire par ailleurs). "On va être contraints de changer de système", a admis Peyrelade, pas préoccupé pour autant par cette perspective, bien au contraire.

"Il faut être capable de surprendre ; c’est le but de la compétition. On joue au poker menteur. Soit tu es très fort et les autres s’adaptent à toi, soit tu penses un peu différemment et tu proposes à tes garçons autre chose, en les gardant éveillés. Moi, j’aime quand ça bouillonne en haut, quand ça vit, quand ça pense", a-t-il affirmé, avant de formuler directement une interrogation : "Est-ce que l’on sera capables, à ce moment difficile de la saison, de garder le même niveau de performance et la même exigence que jusqu’à maintenant ? Je ne sais pas, et il faudra être à l’écoute du ressenti des joueurs. On va apprendre, et le fait d’apprendre veut dire que tu peux te tromper. Ce que j’aime là-dedans, c’est qu’il n’y a pas d’attente. L’idée est de travailler et d’apprendre sur nous-mêmes, pour avoir envie d’avancer et de progresser."

(1) : En s’inclinant face à Pau (2-0) le 24 novembre 2017, lors de la quatorzième journée du précédent championnat, le Raf avait vu la période d’invincibilité à domicile qu’il avait étirée sur un an et demi prendre fin.

 

 

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Romain Gruffaz
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?