Rodez retrouve le nord

Abonnés
  • Mathieu Guerbert a ouvert le score, sur coup-franc.
    Mathieu Guerbert a ouvert le score, sur coup-franc. MAXPPP/Guy Drollet - La Voix du Nord / MAXPPP/Guy Drollet - La Voix du Nord
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Pas de place pour les doutes au Rodez Aveyron football. Deux semaines après un revers à domicile face à Quevilly Rouen (1-0), les hommes de Laurent Peyrelade se sont remis la tête à l’endroit, hier, en s’imposant sur la pelouse de Boulogne-sur-Mer.

La parenthèse fructueuse à Luzenac (victoire 5-2), dimanche, en Coupe de France, avait suggéré que les Ruthénois n’avaient pas perdu leur dynamique de l’automne et la prestation d’hier l’a confirmé. Un coup franc direct de Mathieu Guerbert expédié au ras du poteau (0-1, 19e), un penalty de Khaled Ayari (0-2, 64e) et une ultime banderille de Florian David (0-3, 90e+4), sorti du banc, ont concrétisé une nouvelle belle prestation collective.

Chez un des cadors du National, avec qui ils partageaient la cinquième place avant le coup d’envoi, ils ont prouvé que leur place dans le haut de tableau n’est pas usurpée. Avec comme symbole d’un ensemble cohérent le trio du milieu de terrain Ruffaut-Douline-Guerbert, généreux à la récupération, propre et inspiré à la construction.

Il y avait des destinations plus enviables, pourtant, pour retrouver des couleurs, que le stade de la Libération, où les Boulonnais étaient invaincus en championnat depuis septembre 2017. D’autant plus que des interrogations entouraient les Rouergats, privés de Jérémy Mellot et Joris Chougrani, leurs pistons habituels sur les côtés. Mais cela n’a pas suffi à perturber la formation de Laurent Peyrelade, qui a malgré tout choisi de conserver le système en 3-5-2 qui sied si bien à sa formation, avec Aurélien Tertereau et Amiran Sanaia dans les couloirs. Preuve qu’en ce moment, il faut plus que deux blessures pour couper les ailes ruthénoises.

Si on veut jouer les pointilleux, on pourra toujours souligner que les coéquipiers de Pierre Bardy auraient pu se mettre à l’abri plus tôt dans la rencontre. Après l’ouverture du score, Dorian Caddy (31e) puis Pierre Ruffaut (34e) ont raté des balles de break qui leur auraient permis de prendre le large avant la pause. Pour leur défense, ils ont buté sur un excellent Riffi Mandanda, le frère du champion du monde.

Anecdotiques, ces tentatives manquées auraient pu être transformées en regrets si Robert Maah s’était montré plus efficace. Mais l’attaquant boulonnais a complètement manqué un penalty concédé par Aurélien Tertereau (50e) qui aurait pu changer la face du match. Car lui et ses partenaires ont connu leurs temps fort au retour des vestiaires.

L’alerte passée, les Ruthénois ont défendu leur avantage, en proposant une défense aussi serrée qu’une troupe de gilets jaunes devant un rond-point. Avec, en plus, la réussite liée à l’obtention d’un penalty sur une faute de main d’un défenseur, à la suite d’un contrôle manqué, qui leur a permis, cette fois, de prendre le large. Et de remonter sur le podium, du moins en attendant la fin de la quatorzième journée, ce soir.

Centre Presse
Voir les commentaires
Réagir