Une journée de travail sur les violences faites aux femmes

  • Présentations et échanges entre professionnels  au programme de la journée.
    Présentations et échanges entre professionnels au programme de la journée. CPA
Publié le

Sur la double thématique du repérage et de la prise en charge des violences faites aux femmes, un colloque se tenait hier à Rodez à destination des professionnels du secteur.

 

Alors que dimanche sera la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, la salle des fêtes de Rodez accueillait hier un colloque sur cette thématique, baptisé "Que sait-on aujourd’hui des violences faites aux femmes? Du repérage à la prise en charge".

Quelque 350 professionnels du secteur avaient répondu à l’appel, notamment des structures comme l’Adavem (aide aux victimes), le CIDFF (Centre d’information sur les droits des femmes et des familles), le Planning familial ou encore Village 12. Juges, avocats ou médecins étaient présents ainsi que le conseil départemental, en la personne de son président Jean-François Galliard.

"Ce qui compte pour lutter efficacement contre les violences faites aux femmes, c’est de bien orienter les victimes", déclarera en préambule Éric Bramat, président du Tribunal de grande instance de Rodez et du Conseil départemental d’accès au droit. "Permettre l’accès au droit, protéger les femmes qui sont victimes… Ce sont les axes majeurs de la politique pénale d’un parquet. Tout débute au niveau de la détection des victimes", poursuivra le procureur de la République Olivier Naboulet, qui a révélé en marge du colloque les chiffres des violences faites aux femmes dans l’Aveyron.

La matinée a été consacrée à plusieurs présentations, notamment des dispositifs de prise en charge des victimes dans l’Aveyron ou de leur prise en charge civile (éviction du conjoint violent, ordonnance de protection).

L’après-midi et avant la conclusion des débats par une intervention vidéo de Marlène Schiappa (secrétaire d’État égalité femme-homme), les participants ont pu bénéficier d’une présentation de la loi du 3 août 2018 renforçant la lutte contre les violences sexuelles et sexistes. "Le bon maillage territorial de l’accès au droit est fondamental, reprendra Éric Bramat. Nous avons dans le département plusieurs structures délocalisées à Saint-Affrique, Villefranche-de-Rouergue, Espalion, Millau, Rodrez… Il faut aller à la rencontre des victimes".

Quelques numéros à connaître

Les personnes étant ou ayant été témoin ou victime de violences sexistes, sexuelles ou conjugales peuvent contacter anonymement le 3919 ou se rendre sur le site www.stop-violences-femmes.gouv.fr

Le département compte plusieurs associations agréées et accueils de jour : CIDFF (05 65 68 18 09), Trait d’union Sud-Aveyron (05 65 60 92 71), Village 12 - Ouest Aveyron (05 65 81 17 25) ou l’Adavem (05 65 73 56 00).

Plusieurs lieux d’écoute, accueil et orientation sont par ailleurs disponibles comme le Planning familial (05 65 71 86 67), l’association Myriade (09 64 36 22 03) ou le Mouvement Jeunes femmes (05 65 64 13 90).

Philippe Henry
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

87000 €

Rodez, quartier Faubourg, sous-sol complet de 180 m² comprenant 7 places de[...]

161200 €

Appartement de type 4 traversant d'environ 79 m2, situé à proximité du cent[...]

1490000 €

A 25 km de Rodez et à 500 mètres à pied d'un pittoresque village médiéval a[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?