Cassagnes-Bégonhès : les élus tirent la sonnette d'alarme pour le centre de secours des pompiers

Abonnés
  • Régis Cailhol et une partie des maires pointent du doigt l’équipement hydraulique bouché lors de fortes pluies.
    Régis Cailhol et une partie des maires pointent du doigt l’équipement hydraulique bouché lors de fortes pluies. CPA
Publié le , mis à jour

Le risque de crues auquel est exposé le centre de secours de Cassagnes-Bégonhès actuel inquiète les élus des Monts du Réquistanais. Alors que le projet de déménagement est au point mort, maires et conseiller départemental s’activent et s’apprêtent à envoyer un courrier au ministre de l’Intérieur.

"Devra-t-on attendre qu’il y ait des pompiers morts noyés pour réagir ?" Planté devant le centre de secours de Cassagnes-Bégonhès, Régis Cailhol fulmine. Le conseiller départemental, entouré d’une dizaine de maires des Monts du Réquistanais (treize sont concernés), s’interroge sur le devenir du nouvel équipement réservé à la vingtaine de pompiers volontaires.

Un projet présenté en décembre 2014, aujourd’hui au point mort. Si la durée de validation peut en laisser plus d’un perplexe, une autre problématique, plutôt technique, inquiète le collège d’élus. Dans le collimateur des représentants du territoire, l’aménagement hydraulique du site, réalisé sur une zone inondable. "Le bâtiment actuel est situé dans une cuvette et a déjà connu la crue centennale de 2007", rappelle l’ancien conseiller régional tout en pointant du doigt la buse réalisée à quelques mètres de l’entrée principale. Un équipement sujet à controverse, qui facilite le passage souterrain du cours d’eau situé à proximité, l’Hunargues, mais qui se bouche rapidement en cas de fortes pluies et transforme le lieu en lac éphémère de deux hectares.

Silence du Sdis

L’édification d’un nouvel établissement, en lieu et place de l’ancien bâtiment de la communauté de communes, un temps envisagé, a rapidement été abandonnée. Aujourd’hui, la piste la plus sérieuse mène à côté de l’aérodrome. Si le dossier prend du poids côté collectivités (25 000 € étant déjà provisionnés pour une étude de faisabilité), il se heurte à un épineux problème. Le Service départemental d’incendie et de secours (Sdis) de l’Aveyron, unique structure habilitée à valider le projet, n’a toujours pas donné son aval pour lancer le chantier.

"Devant l’absence de réponse du Sdis, j’avais sollicité un rendez-vous avec la préfète en début d’année, détaille Régis Cailhol. Il m’a été refusé au simple motif que je devais faire parvenir un courrier… au Sdis. C’est la raison pour laquelle je l’ai interpellé à nouveau lors de la dernière séance plénière du conseil départemental."

Le coup de gueule, loin d’être passé inaperçu, a eu un effet immédiat, une rencontre entre la représentante de l’État et l’élu étant fixée au 14 décembre prochain. Il a également donné de la consistance à une seconde éventualité, celle de faire parvenir un courrier au ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner. "Nous avons tous vu ce qu’il s’est passé récemment dans l’Aude. On ne veut pas d’un projet en 2030."

En attente d’un engagement commun sur le territoire

Cette date, Jean-Claude Anglars ne l’envisage pas non plus. Surpris de la démarche menée par les élus du canton, le président du Sdis de l’Aveyron attend un consensus de l’ensemble des collectivités pour passer à l’étape suivante. "Nous devons avoir des engagements forts. La réalisation d’un nouveau centre de secours est inscrite dans notre budget depuis 2015. Il faut que la volonté soit commune, qu’elle vienne des mairies et des pompiers."

Le responsable départemental du service de secours, qui se targue de la réussite des trois nouveaux équipements de Laguiole, de Salles-Curan et de Belmont-sur-Rance, se dit ouvert au dialogue. Mais réfute toute critique quant au manque d’investissement des pompiers de Cassagnes-Bégonhès en cas d’incident majeur sur le site actuel. "Nous avons pris toutes les dispositions pour qu’on puisse évacuer rapidement les hommes et le matériel. Je ne suis pas inquiet."

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Jeremy Mouffok
Voir les commentaires
L'immobilier à Cassagnes-Bégonhès

790 €

Maison de campagne, entièrement rénovée, dans un lieu-dit à 20 mn de La Pri[...]

213000 €

Au coeur d'un village paisible, corps de ferme constitué d'une maison pouva[...]

Toutes les annonces immobilières de Cassagnes-Bégonhès
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?