Justice

Après la déferlante féministe de samedi, "la dynamique #NousToutes continue"

  • A Montpellier, 2000 personnes ont participé à la marche. On en comptait 1500 à Toulouse.
    A Montpellier, 2000 personnes ont participé à la marche. On en comptait 1500 à Toulouse. DR / DR
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages
Le jeune collectif #NousToutes Aveyron était représenté dans les marches de samedi à Toulouse et Montpellier, destinées à attirer l'attention du plus grand nombre (malgré les mobilisations des gilets jaunes) sur les violences sexistes et sexuelles dont les femmes sont victimes.

"L'aventure continue !". C'est motivée que cette militante de #NousToutes Aveyron revient de la marche qu'elle a suivie à Montpellier, samedi, à l'appel du comité national. Ces rassemblements ont réuni, selon les chiffres de l'association, près de 58 000 personnes dans 37 villes de France.

"C'était très bien, reprend-t-elle, c'est la première fois qu'une marche féministe rassemble tant de personnes". Des femmes, bien sûr, mais aussi des hommes et des enfants pour, en définitive, des mobilisations dans une ambiance bon enfant avec aucun dégât à déplorer ni aucune interpellation.

Depuis samedi, #NousToutes a enregistré à l'échelle du pays 2 500 nouvelles adhésions sur noustoutes.org, ce qui fait dire à la militante aveyronnaise que "l'aventure continue". A Montpellier et malgré quelques appréhensions, la cohabitation avec les gilets jaunes s'est bien passée, ces derniers ayant même gratifié ce cortège féministe et concurrent au leur d'une haie d'honneur et d'applaudissements nourris.

En France durant l'année 2016, 123 femmes ont été tuées par leur conjoint (ou ex-conjoint), soit environ une tous les trois jours. Chaque année, 220 000 femmes subissent des violences de la part de leur conjoint (ou ex-compagnon), selon des chiffres 2017 officiels. Plus de 250 femmes sont violées chaque jour, une sur trois a déjà été harcelée ou agressée sexuellement au travail.

Contacts et renseignements sur noustoutesaveyron@gmail.com

Xavier Buisson
Voir les commentaires
Réagir