La campagne hivernale lancée alors que la précarité augmente

Abonnés
  • Des bénévoles des Restos du cœur entourent Sébastien Viguier, (2e en partant  de la droite), responsable départemental de l’association.
    Des bénévoles des Restos du cœur entourent Sébastien Viguier, (2e en partant de la droite), responsable départemental de l’association. Photo Ph.H.
Publié le

Jusqu’au 17 mars, plusieurs milliers de personnes bénéficieront des repas servis par les bénévoles aveyronnais des Restos du cœur à l’occasion de leur 34e campagne d’hiver.

La 34e campagne des Restaurants du cœur a débuté hier. Trente-quatre années que le provisoire dure.

Les bénévoles aveyronnais sont donc une nouvelle fois mobilisés pour répondre à des besoins toujours plus importants. Sébastien Viguier, responsable départemental de l’association, l’assure : " Nous allons faire face à une nouvelle augmentation des bénéficiaires. Nous constatons une augmentation de la précarité, de la misère. "

Un chiffre illustre cette sombre tendance : le volume de repas servis devrait augmenter de 20 %. Lors de la 33e campagne d’hiver, 405 000 repas ont été distribués, près de 3 000 personnes en ont bénéficié.

Dans certains centres de distribution, cette augmentation dépasse les 100 %.

Surtout, cette précarité touche les plus jeunes. "La moitié des personnes que nous accueillons ont moins de 25 ans, poursuit Sébastien Viguier. Parmi eux, 38 % ont moins de 18 ans. Et 10 % ont plus de 60 ans."

"Aider à avancer, à accompagner"

Aujourd’hui, "il n’existe plus de stéréotypes du bénéficiaire. Nous recevons des gens qui ont un emploi, des travailleurs précaires, des étudiants, des personnes au chômage, des retraités, des femmes seules avec leur enfant, etc.", détaille le responsable départemental.

"Malheureusement avec les difficultés liées, par exemple, au logement, au chauffage, à la mobilité, au prix du carburant, l’alimentation passe après comme la santé. Beaucoup sont obligés de renoncer aux soins les plus basiques, déplore-t-il. C’est pour cela qu’un repas aux Restaurants du cœur ne suffit bien souvent pas."

Les bénévoles de l’association sont ainsi là pour "aider à avancer, à accompagner". "Je refuse cette idée d’assistanat, martèle Sébastien Viguier. Nous ne sommes qu’un des leviers qui existent mais que beaucoup ne connaissent pas en ce qui concerne la santé, la justice, le logement, etc."

"Nous là pour aider les gens à ne pas baisser les bras. Même si certains ont le droit de baisser les bras à un moment. Et sans les bénévoles, rien ne pourrait être fait." Aujourd’hui, ils sont plus de 350 à œuvrer à travers les onze centres des Restaurants du cœur en Aveyron.

Les chiffres

  • 405 000 repas ont été distribués par les Restos du cœur en 2018. Le volume des repas servis devrait augmenter de 20 % à l’occasion de cette 34e campagne d’hiver. Près de 3 000 personnes en ont bénéficié.
  • 11 centres à travers le département distribuent les repas pour les bénéficiaires.
  • 50 % environ des personnes qui franchissent la porte des Restos du cœur ont moins de 25 ans. 38 % ont moins de 18 ans et 10 % ont plus de 60 ans.
  • 350 bénévoles œuvrent tout au long de l’année à travers l’Aveyron.
  • 160 tonnes de denrées alimentaires ont été collectées ou ramassées grâce aux dons et auprès des grandes surfaces.

Charges qui augmentent

"Nous sommes toujours à la recherche de bénévoles qui puissent donner du temps. Quelques heures par semaine, par mois. Mais j’aime dire qu’en donnant un sens à sa vie, on donne aussi un sens à la vie des autres. L’aide peut être matérielle, humaine ou financière. Les bénévoles sont le cœur des Restos", confie-t-il.

Les Restos du cœur peuvent également compter sur la générosité des Aveyronnais.

En 2018, l’association a collecté et ramassé auprès des grandes surfaces près de 160 tonnes de denrées alimentaires. Mais comme les autres associations, elle fait face à des subventions en baisse, à des dons qui diminuent alors que les charges restent fixes. " Nous faisons nous aussi face à des hausses des frais de carburants, aux charges de fonctionnement, etc. Par ailleurs, le fonds européen d’aide aux plus démunis (FEAD) devrait diminuer dans les années à venir."

Pour Sébastien Viguier et les bénévoles, il est vital "de ne pas baisser les bras. Chacun peut être concerné par cette situation un jour ou l’autre".

 

"Nous sommes toujours à la recherche de bénévoles qui puissent donner du temps. Quelques heures par semaine, par mois. Mais j’aime dire qu’en donnant un sens à sa vie, on donne aussi un sens à la vie des autres. L’aide peut être matérielle, humaine ou financière. Les bénévoles sont le cœur des Restos."
Sébastien Viguier, responsable départemental des Restaurants du cœur de l’Aveyron.

 

 

 

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Philippe Henry
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?