Actu

Une journée technique "Serène" autour de la gestion des zones humides

Abonnés
  • Visite sur l’exploitation de Jacques Cavalier.
    Visite sur l’exploitation de Jacques Cavalier.
Publié le / Modifié le S'abonner

Dans le cadre du volet animation du contrat territorial Serène, la rencontre technique annuelle s’est déroulée récemment. Le Syndicat Mixte du Bassin versant Aveyron Amont, structure animatrice du contrat Serène, est à l’initiative de cette journée, en partenariat avec l’Adasea d’Oc l’Agrocampus La Roque, la Fodsa, et l’Agence de l’eau Adour Garonne.

Cette rencontre, articulée autour de la thématique de la gestion des zones humides à l’échelle des exploitations, a réuni environ 35 participants. La journée s’inscrivait notamment dans le prolongement de la diffusion d’une fiche technique dédiée à ce thème auprès des 290 exploitants agricoles du bassin de la Serène. Selon les données issues de l’inventaire des zones humides (réalisé en 2016 et 2017) le bassin de la Serène renferme 157 ha de prairies à caractère humide, ce qui représente en moyenne moins de 2 % de la surface agricole utile totale du bassin de la Serène. Longtemps relégués au statut de parcelles incultes, ces milieux redorent progressivement leur blason, en lien notamment avec les nombreux services écologiques et économiques rendus, y compris aux exploitants agricoles eux-mêmes.

Plusieurs intervenants se sont succédé, notamment pour évoquer les bénéfices de ces milieux (régulation des débits, rôle de filtre, réservoirs de biodiversité…), les résultats des inventaires, ou encore donner des conseils pratiques relatifs à la gestion de ces espaces : pâturage, broyage, fauche… Le témoignage de Jérôme Hercouet, responsable de l’exploitation agricole du lycée de la Roque, a également été apprécié, concernant la réouverture au pâturage d’une prairie humide localisée sur la plaine des Balquières à Onet-le-Château (projet

"Nostre Seigne"). Les retours sont pour l’heure très positifs, tant en ce qui concerne la qualité du pâturage que du fourrage récolté sur cet espace humide. Enfin, l’intervention du Dr vétérinaire Céline Pouget de la Fodsa, concernant le parasitisme en milieux humides, est venue éclairer les exploitants sur ce sujet important. Il en ressort que bien que certaines pathologies (Grande Douve, Paramphistome) soient davantage inféodées aux milieux humides, des moyens de surveillance et de prévention adaptés existent. Une gestion optimisée des périodes de pâturage est notamment conseillée.

Les participants se sont ensuite rendus sur l’exploitation agricole de Jacques Cavalier à La Pendarie. Cette dernière a la particularité de renfermer une belle zone humide d’environ 4 ha sur la tête du bassin de la Petite Serène. La gestion mise en place par l’exploitant est particulièrement adaptée avec l’association du pâturage et du broyage. Dans ce contexte, plusieurs réponses ont été apportées par les différents partenaires techniques en lien avec les nombreuses questions formulées par les exploitants agricoles.

L’inventaire des zones humides est consultable à l’adresse suivante :

http://aveyronamont.fr/index.php/inventaire-zones-humides-territoire-aval/

CORRESPONDANT
Voir les commentaires
L'immobilier à La Capelle-Bleys

16000 €

Agréable terrain de loisir de 835 m² avec cabanon de 20 m² proposant séjou[...]

64000 €

Implanté sur un terrain de 2400m², ensemble immobilier rural à restaurer co[...]

55000 €

Ensemble immobilier composé de 2 maisons jumelées à rénover entièrement (53[...]

Toutes les annonces immobilières de La Capelle-Bleys
Réagir