Onze kilomètres de lignes électriques bientôt enfouis

  • Une réunion a eu lieu mardi pour évoquer le lancement  du chantier.
    Une réunion a eu lieu mardi pour évoquer le lancement du chantier.
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Au milieu de l’année 2019, Gages aura vu disparaître une centaine de poteaux électriques et disposera d’un réseau sécurisé et redimensionné.

C’est un chantier de grande envergure qui va être lancé dans les prochains jours entre Gages-le-Haut et Gages-le-Bas. Pour un montant de 600 000 €, Enedis va en effet "restructurer" 11 km de lignes électriques moyenne tension (HTA), enlevant du même coup une centaine de poteaux.

Mardi 27 novembre en mairie de Gages, autour du maire Christophe Méry, d’élus communaux et communautaires, de représentants d’Enedis et du conseil départemental, une réunion se tenait pour évoquer le lancement imminent du chantier.

"Cette intervention aura une triple vertu : cela permettra de fiabiliser le réseau, la disparition des poteaux réduira la pollution visuelle, et les coupures seront limitées lorsqu’il y aura du vent", se félicite le maire. Les travaux nécessiteront la présence de neuf employés de l’entreprise Egire Périgord TP, renforcés ponctuellement par six personnels d’Enedis. Neuf nouveaux transformateurs seront construits durant les six mois que dureront les travaux, ce qui permettra d’améliorer la gestion du réseau électrique. Au milieu de l’année 2019, Gages aura donc un tout autre visage… et un réseau sécurisé et dimensionné pour servir au mieux une population en expansion.

Chaque année en Aveyron, Enedis consacre 20 à 25 millions d’euros aux quelque 17 000 km de lignes électriques que compte l’Aveyron.

Xavier Buisson
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

267 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D AGENCE . Grand studio à 2 minutes d[...]

340 €

RODEZ - SAINT CYRICE proche de l'IUT Appartement de type 1 de 33 m2 avec ba[...]

365 €

Rodez, appartement meublé de type 1 de 31m² situé au 1ème étage, composé d'[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir